1. notre voyage de noces (1)


    datte: 29/11/2018, Catégories: Partouze, Auteur: fatout,

    Après notre mariage Comme cadeau de mariage, la cagnotte nous a permis de faire deux très beaux voyages, l’un en Martinique (déjà raconté) l’autre une croisière sur un géant des mers. Le premier jour est consacré à une navigation avec une arrivée le lendemain matin. Nous profitons donc des loisirs du bateau, très nombreux, avant de nous rendre à la salle à manger. Après un bon repas et une soirée spectacle, nous décidons de finir la soirée au club. Nous voulons profiter au maximum de notre séjour. Un passage à la chambre pour que Béa puisse se changer et elle ressort de la cabine de bain avec un corsage, ouvert sur un soutien-gorge pigeonnant et une mini-jupe, vraiment mini. Quand elle passe près de moi, ma main vérifie la présence d’un string. Pour moi c’est chemisette et pantalon blanc. La main dans la main nous descendons au club. Notre arrivée ne passe pas inaperçue et Béa sourit fière de son succès. La soirée se déroule avec plaisir, slows langoureux, salsa et autres danses lascives. Béa ne tarde pas à être amoureuse et elle se frotte de plus en plus à mon bas ventre et j’essaie de cacher la bosse qui déforme mon pantalon et elle s’en amuse « tu as envie, moi aussi, j’ai la chatte toute mouillée ». Un besoin urgent me fait quitter la salle et quand je reviens, elle danse avec un homme aux cheveux gris, bien foutu je dois le reconnaitre. Je m’assoie et un peu jaloux je les observe, car manifestement le couple est très collé et Béa m’a totalement oublié. Après la série ...
    elle me rejoint, essoufflée, le visage coloré, les yeux brillants. Me prenant la main, elle m’entraine vers notre cabine. Je pense qu’elle est fatiguée, mais je me trompe. À peine entrée, elle me jette sur le lit, me déshabille et retirant son string, elle se plante sur ma tige dressée. Elle est déchainée, la chatte pleine de cyprine, elle me chevauche gaillardement, me triturant les tétons. Ma queue s’enfonce profondément et à chaque fois ses fesses claquent sur mes cuisses. Pour mieux me recevoir, elle se cambre ouvrant un peu plus sa chatte au coup de butoir. À ce régime je ne tarde pas à lui emplir la chatte à longs jets de sperme. Un long feulement elle crie « je jouis... Ta jute est chaude, ta semence est chaude ma chatte est brulante, encore défonce-moi,........ J’ai encore envie » je la pistonne encore un moment puis perdant de ma superbe, je sors de son antre d’où s’écoule des filets de sperme. Elle se blottit sur mon épaule et soudain, me regardant droit da dans les yeux, elle me dit « je me suis fait peloter et il voulait me sauter » elle ne semble pas choquer, bien au contraire car elle continue à me raconter l’épisode. Il lui a peloté les seins, engageant même sa main dans le décolleté, puis il lui a mis les mains aux fesses, profitant même de l’obscurité pour soulever sa jupe (pas difficile vu la longueur) pour lui caresser les globes en direct et collé contre elle, il a frotté son sexe bandé sur son bassin et avant de la quitter, en l’embrassant à la limite des ...
«123»