1. Cours d'éducation sexuelle des futures courtisanes au moyen âge. (6)


    datte: 29/11/2018, Catégories: Partouze, Auteur: mlkjhg39,

    Cours d’éducation sexuelle des futures courtisanes. 6ème leçon. Dépucelage par « Le défricheur ». Le Maître soupire. Il bande dur. Il est couché sur le dos, sa queue repose sur son ventre! La Maîtresse donne ses ordres à Armelle : -Monte sur le lit, passe une jambe de chaque coté de son corps, met-toi à genoux maintenant et pose tes fesses sur ses cuisses, bieeennn  ! — Maintenant, frotte ton coquillage sur son rostre, appuie plus, écrase ta vulve sur sa verge, je veux voir tes grandes lèvres s’écarter sur son manche et glisser sur toute sa longueur, làààà ! C’est beaucoup mieux. Tu mouilles tellement que sa verge luit de cyprine. — Bien, maintenant redresse-toi sur tes genoux, je vais tenir son bélier à la verticale et garder la main à sa base pour que tu ne te déchires-pas la matrice en allant accidentellement trop loin ! Martine, pendant ce temps, tu vas prendre la même position que ta camarade, mais au lieu de son sexe, c’est sa bouche que ton abricot va épouser ! Le maître va te préparer pour la suite. Récit d’Armelle. Je tremble de tous mes membres, rien que de frotter mon sexe contre cette énormité me panique, mais je ne veux rien laisser paraître devant les yeux des autres filles. Il est hors de question que je me dégonfle. Je me rends bien compte que le sexe du Maître n’a rien à voir avec le commun des mortels. Je le regarde et lui sourit, plein du désir et de la fierté d’être la première à me dépuceler sur cette imposante virilité. -Bon, maintenant, finit de ...
    jouer, passons aux choses sérieuses, annonce Madame Clerc, Armelle, redresse-toi sur tes genoux, écarte ta chatte avec tes doigts et approche-toi de son pal ! Martine a pris place, son sexe s’écrase sur la bouche du Maître dont la langue s’active aussitôt. Elle me fait face. Sans un mot, j’enfonce délicatement mes doigts dans ma chatte, en dilate l’ouverture du mieux que je peux, et me rapproche jambes écartées, la Maîtresse dirige le gland mafflu vers ma fleur ouverte. Elle en frotte le pistil avec la tête chercheuse qu’elle positionne à l’entrée de ma grotte trempée. De son autre main, elle appuie sur mon épaule, la pression devient plus forte sur son épi qui franchit le premier obstacle, m’arrachant un petit cri quand je vois ce long serpent m’envahir lentement avant de buter sur mon hymen. Madame Clerc me murmure à l’oreille : -A toi maintenant ! J’hésite, essaie plusieurs fois mais n’arrive pas à sauter le pas. Voyant mon indécision, il donne un petit coup de rein pour déchirer mon hymen, je pousse un petit gémissement mais me laisse emporter par cette sensation unique, sentant le plaisir prendre le dessus. Je plie les genoux, enfonçant de plus en plus loin en moi sa flamberge qui repousse les limites de mon fourreau, je continue vaillamment jusqu’à aller en butée. J’essaie d’enfoncer le plus de longueur qu’il m’est permis mais ma vulve rencontre la main de la Maîtresse en même temps que le gland du Maître bute au fond de ma grotte dilatée. J’ai la bouche grande ouverte, la ...
«1234»