1. Domination féminine 4


    datte: 01/12/2018, Catégories: Anal, BDSM / Fétichisme, Hardcore, Auteur: hujambokorodani,

    Les horloges de Stockholm indiquaient dix-sept heures ; les gros nuages matinaux au souffle du vent avaient peu à peu dégrossi ; faiblement solaire, le ciel répandait au dessus des hommes une atmosphère un peu maussade. Aux abords d'une villa deux voitures se garèrent. Quelque instant plus tard l'agente immobilière et le client pénétrèrent sur le terrain que dominait l'habitation, grande villa s'élevant sur un presque îlot possédant comme frontières à l'ouest une rive semblables à celles que l'on trouve à Venise et à l'est les arbres d'un grand parc comparable à ceux que les mains destructrices humaines érigent en mince compensation de la déforestation. C'était un paradis pour milliardaires. Le client.-Magnifique pelouse ! On la dirait anglaise. L'agente immobilière.-Oui, elle est bien entretenue et très belle... Le client.-Comme vous ! L'agente immobilière.-Merci ! Ils traversèrent l'étendue gazonnière encerclant la villa. L'agente immobilière marchait devant le client qui, tout en la suivant, l'estimait, la contemplait, la jaugeait, essayait de manière rationnelle et consciente d'ouvrir ses attraits, savoir le comment du pourquoi ; la veille il avait regardé Mr et Mrs SMITH, film d'Angelina JOLIE et Brad PITT ; il se souvenait vaguement d'une cuisse offerte par un bas noir ensuite d'un fracas sexuel ! Retrouver ces éléments du film dans le monde réel troublait son esprit qui en associant la cuisse de l’actrice à celles de la commerciale avait actionné l'irrésistible ...
    instinct de fornication très utilisé par les publicitaires qui l'obligeait à scruter en mâle en rut la femelle devant lui : blonde, la trentaine, portant des escarpins noirs étirés par des bas noirs qui se perdaient sous une légère jupe noire laquelle en hauteur se cachait sous un manteau de la même couleur ; par l'alliance à son doigt elle l'informait ; il aimait ça ; savoir qu'elle appartenait à un autre, ça l’excitait. Quarantenaire, Russe, grand de taille, le client soutenait une tête si chauve qu'on était dans l'incapacité de savoir s'il était brun ou blond ; son visage frais couvrait des yeux verts étincelants ; un ensemble costume-pantalon-violet-en-daim qui entourait le col-prépuce-black et qui surplombait des chaussures sombres en cuirs vêtait son corps dont la physionomie toute en muscles sous l'apparat transparaissait au premier regard. Ils pénétrèrent le salon rempli d'espace vide. La divine effluve féminine s'intensifia à l'intérieur du lieu clos. Le client nageait dans une boite de parfum. Le client.-Excusez-moi ! L'agente immobilière.-Oui. Le client.-Je ne peux plus prendre de décisions logiques ! Il montra la devanture de son pantalon. Une bosse la déformait. L'agente immobilière.-C'est moi qui vous... ah ! ah ! ah ! Elle ne pouvait s’empêcher de rire. Le client.-Foutez-vous de moi ! L'agente immobilière.-De l'eau froide dessus et... ah ! ah ! ah ! Le client.-Je vais me branler ! Où est la salle de bain ? L'agente immobilière.-En haut je crois. Il se dirigeait vers ...
«1234...8»