1. Job d'été, jeu d'été (6)


    datte: 03/12/2018, Catégories: Partouze, Auteur: xstorycle,

    J’ai un gros défaut. Je culpabilise facilement. Ni l’un ni l’autre n’a l’air ennuyé de manquer le match mais, moi, ça m’ennuie pour eux. Taquine, je leur dis : — Vous savez, vous devriez regarder le match. On sera toujours disponibles après ; par contre, vous ne pouvez pas différer le programme de plus d’une heure et si vous me lancez... Ne croyez pas être de retour devant la télé dans l’heure à venir. Et ponctue cette phrase d’un clin d’œil à Didier, que je suis en train de masturber. David cesse le cunni qu’il est train de me faire, me dit d’arrêter de m’en faire et s’apprête à replacer sa tête entre mes cuisses, alors que je lui réponds : — Je veux bien, mais... Il m’interrompt en posant son index sur ma bouche. Je fais une tête boudeuse. Didier dit alors à David : — Ne t’en fais pas, je connais un moyen de la faire taire. Je devine son idée, me lève du canapé, m’agenouille entre le canapé et la table basse en bois et ouvre la bouche, prête à recevoir son sexe. Il ne se fait pas prier. Je commence à la sucer, doucement. Du bout de la langue, je joue avec son gland puis je fais glisser ma bouche le long de son sexe. A chaque fois que ma bouche est presque entièrement enfoncée sur son sexe, je le sens frémir d’excitation et d’impatience à l’idée que je le prenne à pleine bouche. David est à genoux derrière moi. Il me caresse le cou, le dos, les seins et descend, descend, descend. Il place sa main à la verticale, le long de mon sexe, et ne bouge pas. Il me laisse venir ...
    onduler sur sa main, pour stimuler mon clitoris et mon sexe. Parfois, il incline légèrement sa main, de telle sorte que, sur la fin du mouvement d’ondulation, sa main vient également caresser mon anus, que je sens s’écarter. Il replie son pouce, comme s’il voulait tester sa souplesse et le préparer. Il glisse son sexe, dur, entre mes cuisses, et le laisse glisser comme il le faisait précédemment avec sa main. Je suis toujours en train de sucer Didier et je m’applique à la tâche. Je lui jette un regard plein de défi, prends l’une de ses mains et la place derrière ma tête, pour l’encourager à enfoncer son sexe le plus loin possible dans ma bouche, dans ma gorge. Il a un instant d’hésitation, alors je prends son autre main, la place également derrière ma tête et le regarde, déterminée et incitative. Je continue les va-et-vient sans que rien ne se passe. Bon, il n’osera pas. Tant pis. Je le masturbe d’une main et imprime le même rythme à ma main et à ma bouche. Tout à coup, sans prévenir, il pousse sur ses mains et enfonce son sexe au fond de ma bouche. Je réprime un haut de cœur. Les larmes me montent aux yeux ; ce n’est qu’une réponse physiologique. J’adore ça. Je retire ma bouche de son sexe pour respirer un peu et me contente de le masturber, langue tendue. Puis j’y retourne et il m’enfonce son sexe au fond de la gorge à plusieurs reprises, puis se retire en me disant que, s’il ne s’arrête pas là, je vais le faire venir de suite et qu’il préfère attendre. Il se dirige vers la ...
«123»