1. L'entrainement d'un flic (2)


    datte: 03/12/2018, Catégories: Gay, Auteur: jeannot7512,

    Quand il se réveilla le lendemain, il tint à mettre les choses au point. « Je me suis engueulé avec ma copine, et je suis venu me réfugier chez toi. Ca ne veut pas dire que je suis pédé. Entre nous, c’est purement sexuel, et tu me fais bien prendre mon pied. Au, fait, il est comment ton Henri ?» « D’origine espagnole, brun et poilu. Mais il est marié et il a deux gosses, et comme toi, pour lui, les relations entre mecs c’est du sexe pour du sexe, et rien d’autre. Dès que je lui ai parlé de toi, il en a eu envie. Je pense que tu aimeras bien te faire enculer par lui. Et, comme ça, tu n’auras pas une relation exclusive avec moi, ce que nous souhaitons tous les deux » Je jubilais intérieurement. Après avoir bien baisé ce mec, je commençais à l’habituer à l’idée de se faire mettre par d’autres mecs. Je le transformais en pute ! Je le sentis me caresser doucement la queue. Il en voulait encore. Je le mis sur le ventre, m’assis sur ses cuisses, lui écartai les fesses, et contemplai ce trou du cul de flic, qui ne demandait que ma queue. Je me mouillai ma queue avec de la salive, et sa rondelle me laissa le pénétrer immédiatement. J’étais couché sur lui. Je me relevai un peu, appuyé sur mes mains, et commençai d’entrée à l’enculer bien à fond. Il ne tarda pas à gémir. Je le ramonais de plus en plus fort « Tu veux mon foutre, vicelard. Tu vas l’avoir ! je vais bien te remplir le cul » J’éjaculai, puis me reposai sur lui, ma bite toujours dans son cul. Je la bougeais doucement, ...
    regrettant de devoir sortir de son cul, chaud, moite et maintenant bien entraîné. Quand nous nous séparâmes, je lui donnai rendez-vous le soir même, disant que j’essaierai d’amener Henri. Ce qui me rappela de lui demander son nom. Mon flic s’appelait Jacques. Je me dirigeais aussitôt vers les toilettes du jardin public où Henri était parfois à cette heure. J’eus de la chance, il était là « Salut, j’ai de bonnes nouvelles. Le flic dont je t’ai parlé, veut bien essayer avec toi. Il est affamé ! Plusieurs années qu’il n’avait pas été baisé par un mec, et les deux dernières nuits, je n’ai pas arrêté de l’enculer, et il en veut encore ! » « S’il est aussi chaud que tu le dis, je lui donnerai volontiers du plaisir. Ca fait deux mois que je n’ai pas enfilé un mec ! » En sortant des toilettes, je tombai sur le jeune blondinet que j’avais dépucelé. Il me dit s’appeler Charlie. Je lui demandai des nouvelles de son cul. Il me dit avoir bien récupéré, et me supplia à nouveau de recommencer. Je soupirai. Il en voulait vraiment. Il monta dans ma voiture, direction ma chambre au motel. Une fois-là, je lui ordonnai de se foutre complètement à poil, et de se placer à genoux sur mon lit, cuisses écartées, tête dans l’oreiller. Il me regardait, l’air très excité. J’eus une idée vicieuse. Je sortis mon portable et prit des photos de lui dans cette position. Il me fit promettre de lui envoyer les photos par mail. Je le lui promis, en lui disant que ces photos pourraient lui servir à « appâter » d’autres ...
«1234»