1. Le nouveau Mâle dominant (2)


    datte: 04/12/2018, Catégories: Partouze, Auteur: mlkjhg39,

    LE NOUVEAU MÂLE DOMINANT DE LA MEUTE. 2 Alors elle prend la bite dans ses mains et elle commence à la branler. Elle redevient énorme atteignant sa dimension peu commune de 26 cm. Il passe de l’une à l’autre, s’arrêtant quand elles agrippent sa verge, en baissent avec difficulté l’orgueilleuse rigidité pour en goûter le museau mafflu entre leurs lèvres qui palpitent déjà à l’idée de sentir cette colonne de chair glisser à l’intérieur de leur bouche. Suite. Elles prennent à tour de rôle l’objet en main et commencent à lécher la hampe sur toute sa longueur, soupesant les bourses, énormes et imberbes. Les mains courent le long de l’énorme mandrin, et les filles prennent avec difficulté le gland en bouche, essayant de ne pas le blesser avec leurs dents. Mon frère gémit sous les supplices de ces langues chaudes sur son gland. Elles n’essaient même pas de gober toute sa tige. Les plus téméraires n’arrivant même pas à la moitié tellement elle est épaisse et la dévorent à pleine gorge, à la limite du haut-le cœur, la plupart se contentant uniquement du gland. Elles sucent et lèchent ce gourdin monstrueux à une ou à plusieurs, alternant les bouches et les caresses de la langue, branlant l’animal indomptable énergiquement sous les gémissements de mon frère qui reste stoïque. Va-t-il inonder l’une d’elles de sa semence ou éjaculer sur leurs visages ? Il râle de plus en plus fort, son gland a encore gonflé. Tel que je le connais, il est proche de la jouissance. Je les préviens, ...
    goguenarde : -Attention les pétasses ! Il va ouvrir les vannes ! Les filles, ivres de plaisir, sentent leurs parois internes se contracter et mouillent abondamment quand enfin il explose. Il prend sa hampe en main et décharge dans les bouches et sur les visages un sperme visqueux et hyper abondant, dirigeant les jets qui se suivent avec la régularité d’un métronome en les traitant de salopes et en râlant de plaisir. Il a fournit tant de liqueur que pratiquement chacune d’elles a pu avoir son obole et en goûter le parfum capiteux. En une seule fois, mon frère a dégorgé de son poireau autant de foutre que ces cinq petits cons en une heure. Maintenant mon frère s’occupe plus particulièrement de Sylvie, la petite copine de Paul qui lui a interdit de participer à la curée. Il passe derrière elle, assise sur un drap de bain et se presse contre elle. Elle ressent cet appendice, bien qu’il ait perdu de sa superbe, appuyé dans son dos. Je vois bien qu’elle est déjà conquise, tendant son dos contre le bas-ventre de mon frère. Les yeux de Paul lancent des éclairs, mais il ne veut pas perdre la face et ne réagit pas. Mon frère se penche et susurre quelque chose à l’oreille de Sylvie. Elle anone de la tête. Mon frère va s’étendre sur le matelas à coté d’elle. Sylvie est une blonde très svelte, avec de petits seins fermes. Assez énervé de la tournure des évènements, Paul l’apostrophe : -Qu’est-ce que tu fais ? Viens ici ! -Non ! Je vais baiser avec Claude ! Lui répond tranquillement Sylvie. -Tu ne ...
«1234»