1. Stéphanie (5)


    datte: 06/12/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: JSoumise,

    Une fois rentrée, je pris le temps d’enfiler une petite jupe rose très courte à volants, en gardant mes bas, le string et le plug. Je ne pouvais évidemment pas m’empêcher de mettre les faux seins et ma perruque, de prendre l’apparence féminine que je souhaitais. Je pris toute la soirée pour ranger et nettoyer impecablement mon appartement. Ce n’est que vers 23h que mon maitre m’envoya un mail. Bonsoir Stéphanie, Je serai devant ta porte à 18h demain. Tu porteras ta jupe blanche évasée, la 48, le top noir à col 55 et la veste noire 59. Choisis des chaussures, à talon évidemment. Je te veux aussi femme que tu l’es déjà, pour mon plaisir. Ne me déçoit pas. Tu porteras des bas coutures noirs, un porte jaretelle de ton choix, un string noir et évidemment le même plug qu’aujourd’hui, que tu garderas cette nuit et demain toute la journée. Tu peux mettre des vêtements masculins en lieu et place de la robe et du haut pour aller au travail, à toi de voir... Fais évidemment un lavement, comme d’habitude. Jean Oh. Je m’imaginais au travail dans cette tenue... J’en avais envie, mais c’était évidemment impossible. Si seulement les hommes n’avaient pas été là... Mais ils seraient présents demain. Dommage. J’étais excitée et je n’avais pas l’autorisation de me masturber. C’était atroce, d’autant que je repensais au gout de mon sperme... Comment est-ce que je pourrais tenir jusqu’au lendemain soir ? Ce fut oh combien difficile. J’avais pris soin de choisir des vêtements masculins qui ...
    couvraient totalement mes dessous et la journée se passe sans encombre, en l’absence de Stéphanie. Je pus quitter le bureau à 15h et faire une course rapide pour pouvoir faire à manger à mon maitre. Je me changeai rapidement en rentrant. L’effet du plug porté depuis maintenant presque 36 heures était à la hauteur du plug lui-même. J’étais dilatée à souhait, et en poussant un peu, même debout, je pouvais le sentir ressortir de mes fesses. Je pris le temps de peaufiner ma tenue et mon maquillage. J’étais prête, j’étais femme, mais une boule me serrait le ventre. J’allais découvrir mon maitre, et porter ma soumission à un niveau que je souhaitais depuis longtemps. Je voulais tout à la fois le servir au quotidien et être son jouet sexuel. L’heure qui restait mit une éternité à passer pendant que je marchais d’un bout à l’autre dans mon appartement. Comme ça au moins, je pu constater à quel point j’étais maintenant à l’aise avec des talons de 8cm ! A 18h02, j’entendis la porte d’entrée du bâtiment s’ouvrir, puis on frappa à ma porte. J’ouvris sans hésiter, la tête vide, sans pensées, et découvris enfin mon maitre. Il ne dit rien pendant plusieurs secondes qui me parurent une éternité, chacun observant l’autre. Jean était légèrement plus grand que moi, très costaud apparemment, avait les cheveux courts et grisonnants. Son visage, agréable, était paisible et respirait la sérénité. Prenant cette voix de femme que j’aimais et que j’employais lors de mes séances vidéos avec lui, je le saluai ...
«1234...»