1. Aventure dans un gîte naturiste (11)


    datte: 06/12/2018, Catégories: Partouze, Auteur: mlkjhg39,

    LE GITE NATURISTE.11 ANNE Bonjour, moi c’est Anne. Si vous avez lu les épisodes précédents, vous devez déjà me connaître. J’ai 54 ans et vis seule mais je fréquente Pierre un ami. J’ai des petites rondeurs que j’assume. J’aime les balades, le tennis, les restaurants et danser. Je fréquente moins assidument un ami, Patrick, avec qui je sors rarement car on habite assez loin mais on se retrouve en vacances. Nous sommes naturistes et cinq ou six fois par an, surtout pour décompresser, nous allons dans des centres naturistes, plus ou moins grands. Nous nous retrouvons au gîte après un mois d’absence. Je suis impatiente de le revoir. C’est la fin de saison et il y a peu de monde. Nous avons loué la caravane près du grand abri ou il y a un billard. J’ai fais un tour pour découvrir les campeurs présents. A coté de la piscine il y a un homme seul d’environ 40 ans, dans un camping-car un couple de danois et les éternels mordus du naturisme qui ont dépassé allègrement les 65/70ans. Cet après-midi alors que je suis au bord de la piscine je vois arriver une voiture qui se dirige vers ma caravane... C’est toi. Tu t’installes, je me promène dans le camping et te rejoins près de ta voiture. — Patrick, tu as oublié la règle N° 1 on dirait, dans le gîte on doit être ?... -Oui, oui, je retire mes vêtements tout de suite, tu ne vas pas me cafter à la direction quand-même ! Tu es toujours aussi belle et dorée à point, beau bronzage. Il vient me coller une grosse bise, posant sa main droite sur ...
    mon sein gauche comme si c’était naturel et commence à se déshabiller. On ne peut pas faire plus rapide, il passe son tee-shirt par-dessus sa tête et déboutonne son short, descend la fermeture éclair et le laisse choir, il ne porte rien dessous. Je redécouvre toujours avec plaisir la partie de son corps qui me fait tant vibrer, toujours aussi bien monté, le bougre. Nous passons le reste de la journée à profiter des installations du gîte. Après un petit resto, nous regagnons la caravane et mon bel étalon saillit sa pouliche préférée. Bon Dieu que ça m’avais manqué !... Dommage qu’on n’habite pas au même endroit sinon son plantoir serait venu plus souvent visiter mon petit jardin. Le lendemain, le dirigeant du gîte a organisé une compétition de pétanque, il fait ça régulièrement pour que les résidants se retrouvent pour faire connaissance. On lance chacun une boule au plus près du cochonnet pour former les équipes. Je me retrouve avec le quadra et le danois, blond bien sûr, et Patrick avec la danoise, une grande blonde d’une trentaine d’années avec une poitrine vraiment magnifique et un vieux beau. La partie bat son plein et Jean, le quadra, n’arrête pas de me faire du rentre-dedans. Patrick, voyant ça, a un sourire en coin et essaie de baragouiner quelques mots avec sa coéquipière danoise, Ida, c’est de bonne guerre. Jean est plus petit, plus râblé que Patrick et très poilu, un vrai singe. Quand il s’accroupit pour pointer, j’ai sous les yeux son service 3 pièces, il a un sexe ...
«1234»