1. Les risques du métier de Testeuse


    datte: 21/12/2018, Catégories: f, h, fh, Collègues / Travail, bizarre, Collègues / Travail, collection, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme, ffontaine, intermast, fist, double, fsodo, Partouze, BDSM / Fétichisme, init, délire, fantastiqu, Auteur: Rosebud,

    Résumé des épisodes précédents : Dur métier que celui de Testeuse 2482. Dans un monde où les contacts physiques sont interdits suite à une vague d’épidémies, toute activité sexuelle a disparu. Les procréations sont désormais médicalement assistées et chaque bébé se voit attribué une fonction dès la naissance.Britaly appartient au groupe des Testeurs. Elle est choisie pour évaluer la « Fantasmachine », simulateur de sexe, censé redonner plaisir et espoir aux peuples et avorter une inévitable révolution.Dans la machine, elle découvre la jouissance sous les coups de langue d’Istéon, module capable de modifier son apparence et dont l’algorithme est dédié au plaisir.Mais lorsque le programme de test doit s’arrêter au terme de la séquence « cunnilingus », les Chercheurs ne parviennent pas à reprendre les commandes. Istéon semble avoir verrouillé l’accès et être décidé à tester tous les fantasmes en compagnie de la jeune et jolie Britaly. Testeuse : un métier épanouissant Tandis que Britaly découvre l’étendue des possibilités offertes par la Fantasmachine, Istéon se surprend à ressentir des émotions pour lesquelles il n’était pourtant pas programmé. Une Testeuse sachant tester À l’extérieur de la cabine, le Professeur, son assistante et tous les techniciens présents découvrent eux aussi des plaisirs inconnus. ________________________________________ Dans la salle d’opérations, chacun retenait son souffle. Birdy venait de poser un doigt sur le pénis du Professeur ! Une fraction de ...
    seconde mais de ce qu’on leur répétait depuis l’enfance, ce simple contact était suffisant pour contracter aussitôt les pires maladies et mourir dans d’atroces souffrances. La peur au ventre, le souffle retenu, on attendit trente secondes Une minute Puis deux. Rien ne se passait. Ni Birdy ni le Professeur ne se couvraient des pustules purulentes qu’on leur avait pourtant promises. Pas le moindre signe de fièvre. Pas de bave à la commissure des lèvres. Courageuse, Birdy posa la main sur ce sexe tant convoité et le prit en main pendant près de dix secondes avant de se retirer et d’attendre une nouvelle fois, avec toutefois moins d’anxiété que lors du premier contact. C’était à présent une certitude : on leur avait menti ! Sur le sexe, comme sur le reste. À son tour, toujours sous les regards ébahis de l’assistance, Furion approcha la main du sexe de Birdy et se décida à le caresser. C’était doux, chaud, humide. Birdy s’enhardissait elle aussi et commençait à masturber son supérieur. Déjà d’autres couples se formaient et, non sans inquiétude, on se touchait. D’abord avec timidité et prudence, mais très vite avec beaucoup plus d’insistance. La main de Birdy allait et venait avec maladresse sur le sexe dressé de Furion tandis que celle de ce dernier triturait à présent avec frénésie le clitoris et les lèvres de Birdy. Si tout ceci se passait au mieux, le scientifique qu’il était n’en oubliait pas son cartésianisme naturel. Les effets de ces contacts interdits pouvaient être moins ...
«1234»