1. L'étalon aiguille (Tome 2) (6)


    datte: 23/12/2018, Catégories: Transexuels, Auteur: Sam Botte,

    "Nuit magique" Je rentrai chez moi en faisant un nouveau détour par la boulangerie pour rendre son bien à Céline. Par chance, il n’y avait pas de client, et en réponse à sa demande, je lui fis voir ce que j’avais trouvé. Elle flasha tout de suite sur le caraco rouge. — Oh, ça, il faudra que tu me le prêtes ! En plus, il est super doux. Tu me le passeras, dis? — On verra, on verra…... — Ah non ! Y’a pas de "on verra’"! C’est tout vu, ma vieille… !!! Tu me dois bien ça, tu ne crois pas? — Et comment tu feras pour expliquer ça à ton fiancé? Ma remarque la cueillit à froid et elle se renfrogna. Je la rassurai aussitôt : — Mais non, je rigole ! T’en fais pas, je te le passerai à un moment où tu ne travailleras pas. Promis-juré ! — T’es gentille... — Merci. Bon, allez, j’y vais ! A un de ces jours…... — OK, à la prochaine…... La pendule dans mon salon indiquait 17 heures 30, j’avais donc presque une heure et demie devant moi avant de prendre la route. Je m’allongeai confortablement dans mon canapé et déposai sur la platine un CD de Nathalie Cole : le jazz avait toujours sur moi un effet reposant. Je fermai les yeux et me laissai bercer par la musique. Au bout d’une vingtaine de minutes, je commençais à somnoler, et une demi-heure plus tard, c’est le silence revenu qui me tira de ma torpeur. Je montai à la salle de bain pour me démaquiller complètement et me passer un peu d’eau sur le visage avant de me changer. A regret, je troquai mes bottes et ma lingerie contre mon pull à ...
    col en V et une paire de boots à talons plus …neutres. Je ne sais pas exactement jusqu’à quel point Armelle avait percé à jour mes fantasmes, mais je ne tenais de toutes façons absolument pas à me dévoiler devant Jean-Christophe et Marianne. Je gardai néanmoins sur moi mon pantalon en cuir en masquant la ceinture à trois boutons avec mon pull. Un peu de gel dans les cheveux, un petit coup de "sent-bon" et j’étais prêt à partir. Ce n’est qu’après avoir garé ma voiture sur le parking du "Bout de la Nuit" que je me rendis compte que mon portable était resté en mode silence depuis que je m’étais allongé chez moi. J’avais à cause de cela raté l’appel d’Armelle trois quart d’heure plus tôt : Jean-Christophe s’était fait une entorse en loupant une marche au moment où ils partaient. Du coup, ils venaient de changer leurs projets en décidant de passer cette soirée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire plutôt qu’en boite ! J’hésitai un instant sur la conduite à tenir, mais je finis par conclure que puisque j’avais fait tout le chemin, autant essayer de passer un bon moment, même si je me retrouvais tout seul. Après tout, en boite, on fait parfois aussi des rencontres, non? Je pénétrai dans le hall et payai mon entrée. Tout ici était fait pour que les clients se sentent libres de leurs mouvements. L’un des slogans de l’établissement était d’ailleurs "Ce n’est pas parce que vous êtes en boite que vous devez vous sentir serrés comme des sardines" ! Sur la gauche, un escalier ...
«1234...8»