1. Elle et Elle (8)


    Datte: 24/12/2018, Catégories: Lesbienne Auteur: airdepanache,

    La tenir, la toucher, la caresser : j’en voulais toujours davantage, de ma Laetitia. Les pensées détraquées par la tentation, je glissai une main entre ses jambes, là, dans cet interstice chaud, entre le drap et sa peau moite, et, à force d’insister, mon index trouva l’entrée de son anus. Laetitia m’en avait parlé, lorsque nous n’étions encore que des amies très proches : avec les hommes, la sodomie faisait partie de ses pratiques favorites. Elle avait, m’avait-elle confié, l’anus extrêmement érogène. Plusieurs fois, elle avait d’ailleurs tenté de me convaincre de me mettre à cette pratique, me promettant que c’était génial quand c’était bien fait, mais j’étais trop timorée pour suivre son conseil... A présent, par contre, tout avait changé : ces aveux qu’elle m’avait faits autrefois au sujet de ses préférences sexuelles, c’était à présent moi, et pas un mec, qui tenait une occasion de m’en servir pour l’amener au septième ciel, et j’avais bien l’intention de le faire. Par contre, je ne savais pas trop comment m’y prendre, je n’osais pas sauter le pas. Mais les encouragements de Laetitia lorsqu’elle sentit mon index près de son anus chassèrent tous mes doutes. « Mmmmmh... Oui... » dit ma copine, « Oui... Tu n’as pas oublié... Caresse-moi là... », Offerte comme c’est pas permis, elle se coucha sur le ventre, ses deux fesses rondes et ravissantes tendues vers moi. Ses reins étaient pleinement cambrés, ses côtes visibles sous sa peau blanche. Un fruit coquin. Je mordis dedans, ...
     affamée d’elle. Téméraire, j’écartai ses fesses et dirigeai mon doigt vers son petit orifice ridé qui n’attendait que mes caresses. Lentement, mais avec détermination, je tournai autour, en explorai l’entrée, la malaxai, la malmenai pris mes repères, tandis que chaque mouvement de mes doigts lui arrachait des râles bien plus rauques que ceux qu’elle avait poussés jusque-là. Lorsque je pensais qu’elle était prête – et moi aussi – j’insérai l’extrémité de mon index dans son anus. C’était le point de non-retour : bientôt, je serais en train de lui prodiguer la câlinerie la plus obscène que j’avais exécutée dans ma jeune – et sans doute trop prude – existence. Elle m’engloutit passivement. Mon index disparut en elle, bien au chaud. Laetitia, offerte, poussait pour me donner le champ libre et son cul s’agitait d’anticipation. Elle était absolument confiante. Sa béance s’épanouissait comme un coquelicot. De ma main libre, je caressai doucement la perfection de son petit cul sexy, en des mouvements ronds et explorateurs. Je tentai d’enfoncer un peu plus mon doigt dans son passage étroit, pour si possible la visiter tout entière de l’intérieur. Cela lui arracha immédiatement de lourds soupirs de satisfaction. « Putain... putain... putain... Laure... Putain... » gémit-elle, complètement abandonnée à ma caresse. Je continuai, poussant millimètre après millimètre au fond de son trou du cul. Tendus, les contours étroits de son orifice m’aspiraient au fond. C’était un désir que je n’avais ...
«123»