1. Fils dégénéré pour le plaisir de mère (1)


    datte: 26/12/2018, Catégories: Inceste, Auteur: michelxl,

    Même adolescent, j’étais un pervers. J’ai passé la moitié de ma vie à essayer de jeter un coup d’œil par les fenêtres du quartier et l’autre moitié à me branler. L’été où j’ai eu 18 ans, j’ai franchi ma fenêtre presque tous les soirs. J’étais attiré par d’autres fenêtres éclairées comme un papillon de nuit. Après un moment, j’ai développé une routine. Il y avait plusieurs femmes qui se déshabillaient toujours à la même heure, tous les soirs. Il y avait un groupe qui allait habituellement au lit entre 10 et 11 heures. Je voulais vérifier en dehors ce groupe, retourner chez moi et monter dans mon vieux fort d’arbre, puis revenir roder autour de nouveau entre minuit et 1 H du mat quand les plus jeunes filles rentraient chez elle. C’était une super idée, mais ça devenait ennuyeux après un moment. C’était aussi l’adrénaline, en s’inquiétant de se faire attraper. Puis, une nuit, mes parents étaient à une fête. Je ne savais pas quand ils rentreraient à la maison, alors je demeurais à la maison. Mais dès qu’ils furent arrivés et après avoir vérifié mon endormissement, je m’envolais par la fenêtre et je filais dehors dans la nuit. Cependant, je n’allais pas bien loin parce qu’une fois la cour traversée, je remarquais la lumière de mes parents toujours allumée. "Que se passe-t-il ? " pensais-je. Je fus bientôt récompensé. Leur store était abaissé, mais six centimètres restaient ouverts. Grâce à cet écart, je pouvais voir ma mère devant sa coiffeuse. Papa n’était nulle part en vue, la ...
    porte de leur salle de bains attenante était fermée. Maman enlevait ses bijoux, et était vêtue seulement d’un soutien-gorge et d’une culotte. Instant chaud à mes yeux. Je ne savais pas pourquoi je ne l’avais pas remarqué avant, mais ma mère avait un corps superbe. À 38 ans, sa taille était mince, ses cuisses étaient tendues et bien faites et ses seins étaient de jolies pommes. Comme je la regardais avec une joie sans retenue, elle se leva et se dirigea vers le placard, décrochant son soutien-gorge sur le chemin. Elle l’enleva, le jeta sur une chaise et attrapa sa chemise de nuit. Alors qu’elle se retournait vers le lit, en enfilant la chemise de nuit, sa tête et ses magnifiques mamelons disparurent de ma vue. Cela dura trente secondes, mais je devins accro. Après cela, j’ai saisi toutes les occasions possibles pour espionner ma mère. Malheureusement, le store était toujours bien fermé. Finalement, un jour, je me faufilais dans leur chambre, j’ai descendu ce store et je l’ai coincé de façon qu’un espace demeure à la fermeture. Mais toujours mes vues étaient limitées à 30 secondes de vision des seins de maman. Je commençais à désirer vouloir en voir plus. Enfin, après des heures et des heures de réflexions et de reconnaissances sournoises, je décidais de percer un judas dans leur salle de bains, depuis mon placard, dans ma chambre attenante de leur salle de bains. Donc, un après-midi, avec papa au travail et maman faisant des courses, sur une chaise pliante dans mon placard, ...
«1234...»