1. Annabelle


    Datte: 27/12/2018, Catégories: Lesbienne

    Annabelle s’approcha de Mademoiselle B, tendit la main vers le menton pour lui faire relever la tête et d’une voix sèche :-Alors, amour? Qu’est-ce que tu attends pour les satisfaire ?Une petite larme coulait sur la joue de Mademoiselle B.------------------------------------------------Qu’est-ce qu’il t’arrive chérie, tu veux arrêter ?Dans un souffle à peine audible, Mademoiselle B, les mains toujours derrière la nuque, répondit un :- Non !- Je préfère ça ! dit Annabelle d’un ton enjoué et suave ! Tu vas voir, avant que nous retrouvions toutes les deux ensemble, rien que nous deux, j’ai pensé à quelque chose qui va te plaire !Allez, continua-t-elle à Mademoiselle B, file mettre tes escarpins noirs à talon haut !Puis en s’adressant à moi avec un ton bas pour qu’elle ne puisse entendre et reprenant son ton de dominatrice :- Vous vous allez …Au fur et à mesure où j’écoutais ses consignes, je restais sans bouger comme pétrifié ! alors que toutes les deux s’aimaient, il n’y avait aucun doute là-dessus jusqu’où ce rapport dominante-dominée pouvait-il aller ? Jamais je n’aurais pu imaginer un tel jeu d’humiliation mêlée au plaisir autour du sexe ! Pour autant, plus Annabelle m’impliquait dans ses jeux de domination plus je ressentais moi-même un certain plaisir à voir Mlle B traitée ainsi …- Vous m’écoutez ? Jusque là pas à un mot à B chérie ! Allez youp-là ! Ne cherchez ni à comprendre, ni à discuter : faites ce que je viens de vous dire et contentez-vous de respecter mes ...
     consignes…Je vais la rejoindre dans la chambre : je vous donne cinq minutes.J’exécutais rapidement ce qu’elle m’avait demandé et obtenais plus de succès que ce que je croyais. J’aurais préféré pour Mlle B que mes résultats soit nuls mais au contraire ce fut un succès qui m’étonna ! Annabelle sera contente pensai-je.- Mais où allons-nous ? Je n’ai rien sous la robe !Mlle B était enjouée, radieuse : ces cinq minutes passées avec son amante lui avait fait du bien !- Tu as ta culotte ? Ca suffit non ?Annabelle la saisit à la taille comme pour lui faire faire un tour de valse et elles se dirigèrent côte à côte vers la porte.- On va chez toi ? c’est ça ? demanda Mlle B d’une vois langoureuse qui en disait long sur son désir de plaisir sans cesse repoussé. Je ne pourrai pas attendre !Je les regardais partir serrées l’une contre l’autre. Mlle avait une taille fine et souple comme un roseau, des jambes. Elles s’installèrent toutes les deux sur la banquette arrièrePendant que je conduisais, je me risquais un œil dans le rétroviseur : Annabelle avait enlacé Mlle B et lui caressait les cuisses en l’embrassant goulument. Elle descendit jusqu’à sa poitrineLe visage de Mademoiselle B était resplendissant, les yeux fermés savourant les caresses de son amante.- Mais ce n’est pas la direction vers chez toi ! Mais où m’amènes-tu ?- Tu veux tout savoir, dis donc ! T’ai-je déjà déçue ?- Eh eh …., à l’hôtel ?- Ce sera inoubliable ! Fais-moi confiance.A chaque feu rouge j’avais droit à des clins d’œil des ...
«1234»