1. Des vacances et des épreuves (6)


    Datte: 29/12/2018, Catégories: Gay

    Où il était question de tenue pour femme et où il sera question de mon dévouement pour mon Mâle. David et moi sommes douchés ensemble, comme un couple normal. Je lui ai savonné son corps de Mâle comme une femme l’aurait fait pour moi. D’ailleurs des flashs avec Karole me revinrent à l’esprit et je souris à l’idée si elle savait que j’étais en ce moment avec un homme. Je ne crois pas qu’elle ait deviné en moi une attirance pour les Mâles et ma vie de lopette. Je racontai à David mon passé hétéro et il en rit de bon cœur tout en me lavant ma rondelle dilatée par sa sauvage sodomie : « Tu devras un jour ou l’autre lui avouer que tu es une lopette, cela marquera définitivement ton orientation et Karole saura au moins pourquoi tu ne pouvais pas vivre avec elle ». — Tu crois que c’est nécessaire ? — Convaincu même ! Ce sera bénéfique pour vous deux. Et tu dois t’assumer en tant que lopette. D’ailleurs je vais t’épiler le corps pour que tu puisses te sentir plus féminine. Une lopette digne de ce nom doit être lisse et agréable au toucher pour son Homme ! — C’est vrai que mes poils sont un peu vulgaires, mais — Il n’y a pas de, mais ! Sache que je n’aime pas que ma lopette contredise mes convictions. — Bien David Je veux que nous soyons un couple harmonieux. — Bien sûr chérie ! Il m’embrassa langoureusement en me glissant un doigt dans le cul. Désormais ta petite rondelle m’appartient et tu la considéreras comme ta chatte. Je veux que tu comprennes que tu n’es plus un vrai homme, ...
     mais une petite gonzesse avec un reste de ton passé entre tes jambes. Je lui souris tendrement et me blottis dans ses bras, comme une gentille petite copine. Muni de crème à raser, il m’épila le corps entier ; aisselles, torse, jambes, tout y passa. David finit le travail en rasant toute ma virilité restante avec grands soins avant que je me rince à l’eau tiède. Il me sécha puis me passa une crème hydratante en insistant sur ma nouvelle chatte, mes fesses et mes parties intimes : « Voilà, comme cela tu es plus présentable, chérie. Quel effet cela te fait ? ». — Je me sens plus légère. C’est très agréable en tout cas. — Oui, ta nudité totale te rend plus attirante et séduisante. On va aller te montrer à tes amis, habille-toi Pascaline. — Tout de suite chéri ! Quand il me vit enfiler mon string et ma chemise, David me rétorqua que dorénavant je n’oserais plus porter de culotte ou de string, et me demanda d’enfiler les bas qu’il m’avait offert et de me chausser des sandalettes ainsi que de la chemise longue : « Mais, David, je ne vais tout de même pas sortir ainsi vêtue ? Que vont penser les gens, dehors ? » — Les gens, comme tu dis, doivent savoir qui tu es, Pascaline, et tu verras que tu seras très bien ainsi. En plus tu dois apprendre à marcher en talons, alors mieux vaut commencer de suite ! Et tu seras à mes côtés, tu n’as rien à craindre ma petite lopette ! — Bien Je suis d’accord. — Même si tu ne l’étais pas, il en serait ainsi ! Je rougis tout en enfilant mes jolis bas ...
«12»