1. Resserrer les liens familiaux - Les Seychelles de Jacob (5)


    datte: 02/01/2019, Catégories: Inceste, Auteur: Robb Dusset,

    Après cette expérience troublante, j’avais lâchement abandonné ma sœur à sa sieste forcée pour profiter de la fraîcheur de la piscine de l’hôtel. Je pus me faire quelques amis d’un jour : un allemand et un hollandais. Nous communiquions dans un anglais moyen, agrémenté de plusieurs mimes. Le reste de la journée passa donc relativement vite, et fut constitué de concours de plongeon et autres acrobaties aquatiques. Enfin, sur les coups de 19 h, j’aperçus mes parents qui rentraient de leur ballade sur le sentier côtier. — Alors fiston, tu t’es bien amusé ? — Carrément, j’ai rencontré un mangeur de choucroute et un Batave. Franck me regarda d’un drôle d’air, il n’était pas habitué à ce genre de vocabulaire venant de moi. Ça me semblait plus drôle dans ma tête, tant pis. — Et ta sœur ? — Elle est là-haut, elle comate devant sa télé, comme tu la connais. — Ahlala, la sacrée bon on va manger au restaurant directement, ce soir on se couche tôt pour partir de bonne heure demain, alors va chercher Julie. — Ça marche ! m’exclamai-je avec un faux enthousiasme. En réalité je n’avais aucunement l’intention de remonter jusqu’à la chambre, alors je lui envoyai un SMS pour la prévenir, en espérant que la sonnerie de son téléphone la réveillerait. Il n’y avait pas grand-monde dans la salle du restaurant, mes parents avaient choisi une table dans un angle. Franck avait déjà un demi en face de lui, tandis que Sylvie, ma mère, sirotait doucement un cocktail multicolore. — Elle arrive soupirai-je ...
    tout en m’asseyant, et en les coupant dans leur discussion. — Alors papa me dit que tu as rencontré du monde cet après-midi ? amorça tendrement ma mère. — Oui, Lars et Alex. Un hollandais et un allemand. — Ah c’est bien que tu aies pu t’entendre avec des étrangers, parfois c’est pas facile — Ils sont sympa oui, après on a un peu de mal à communiquer, comme il n’y a qu’Alex qui est vraiment doué en anglais. Sinon on apprend des mots de chaque langue, c’est marrant. Bien entendu, nous nous étions concentrés sur des mots fort peu châtiés, les deux autres étant de gros lourdingues sur le sujet. — Ah c’est bien fiston, tu te coucheras moins bête ce soir c’est ça la beauté du voyage : les rencontres, les cultures, le partage, etc. — Oui, et puis comme ça il ne s’est pas ennuyé au moins, c’est bien. Sur ces bons mots, Julie fit irruption dans la salle. Ses cheveux étaient hirsutes, elle s’était habillée à la va-vite en piochant dans « Le Tas » : débardeur parcouru d’innombrables plis, et un de ses mini-shorts en jeans. Elle s’assit entre moi et mon père. — Hé Julie tu aurais quand même pu t’arranger je sais qu’on est en vacances, mais on est au restaurant quand même s’insurgea poliment Sylvie. — Ouais ouais répondit-elle, non sans un soupçon d’impertinence. — Tu as encore passé la journée devant la télé ? — Oui, j’étais crevée. Juste après ses dires, elle déposa discrètement sa main sur ma cuisse. Normalement, j’aurai dû chercher à l’enfoncer en répliquant quelque chose du genre « ...
«1234»