1. Une soirée rasante


    Datte: 03/01/2019, Catégories: ffh, fbi, Collègues / Travail fépilée, vacances, caférestau, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, photofilm, rasage, Oral 69, fsodo, hdanus, init, initff, Auteur: Penn Sardin,

    Résumé de l’épisode précédent :Pour se remettre de leurs émotions, Stéph a offert aux deux filles une soirée de rêve dans un restaurent chic. Cette soirée a été une lente dérive sensuelle qui a dépassé toutes les espérances les plus folles de son instigateur. Et, la sortie du restaurent, la soirée n’est pas terminée. --------------------------------------------------- Val se lève pour donner le mouvement mais aussitôt se souvient du caractère particulier de sa tenue. Du coup, elle est moins pressée et se rassoit en serrant les jambes. Elle reste figée un peu bizarrement mais, comme je me présente derrière elle pour lui tenir sa chaise et lui faire une bise pour lui réaffirmer ma protection, elle se décide à se lever. Véronique est hilare et la pauvre Valy doit aussi gérer la moquerie de sa consœur dans l’impudeur. — J’ai eu beaucoup de mal à venir jusqu’ici au cœur de la soirée, mais j’ai l’impression que maintenant que toute la salle est en partance, cela va être bien pire.— Mais non, Valérie ! Maintenant nous t’accompagnons, et en plus Véro est aussi indécente que toi, et le vit plutôt bien.— Je le vis encore mieux qu’en arrivant parce que je ne suis plus la seule exhibitionniste du groupe.— Vivez-le intensément, mesdames ! Je vous protègerai en cas de problème mais c’est vous qui ressentirez la tension érotique. Je suis toujours fier d’être aussi bien accompagné. J’ai, en plus ce soir, la gloire de savoir que ces deux magnifiques créatures sont aussi des coquines qui ...
     me font l’honneur de partager leur impudeur avec moi seul. Le personnel est très serviable avec les jeunes femmes le temps que je règle la note. Le principal majordome donne des explications concernant l’architecture du lieu aux deux jeunes femmes. Elles font semblant de trouver intéressant alors que leur angoisse est de se savoir debout en pleine lumière au milieu du vestibule, en surplomb de la salle du restaurant. Ici tous les hommes qui passent ne voient qu’elles, tellement elles sont belles et sensuelles. Le voiturier nous rapporte la voiture et les portes arrière sont ouvertes pour les charmantes dames. C’est ainsi qu’elles s’installent toutes les deux ensemble, loin de moi. C’est aussi bien, je serais perturbé en ayant l’une ou l’autre à côté de moi avec leur jupe qui dégagerait les cuisses jusqu’à l’indécence. Cela pourrait affecter la qualité de ma conduite. Une fois partis, le silence s’installe dans la voiture. Dans la pénombre, je sens que les filles communiquent avec les yeux et je veux m’inviter dans leur duo : — Bon, les filles, vous pouvez me dire en grandes lignes ce qu’il y a dans les films que je n’ai pas vus. Véro répond avec mystère : — Il y a une petite dérive dans le feu de l’action. Nous nous sommes lâchées un peu plus que prévu. Nous avons besoin d’en parler toutes les deux pour savoir de quoi il s’agit.— Exactement, confirme Valérie, c’est un truc de fille. Il faut qu’on en discute.— Je n’en saurai pas plus ?— Exactement, mais ce n’est pas par ...
«1234...12»