1. Le 31 décembre, on défonce à fond (Partie 1)


    Datte: 04/01/2019, Catégories: Anal Gay Auteur: etienneguy48,

    Pour ceux qui lisent mes aventures, vous vous souvenez peut-être de mon fameux weekend de cul à la campagne chez Denis et Sylvain, ce couple richissime possédant un merveilleux manoir. Pour le 31 décembre, je fus invité à une réception grandiose sur ce domaine féérique avec toutes ses décorations, tant extérieures qu'intérieures. Lorsque je reçu l'invitation, quelque semaines plus tôt, je ne me posai aucune question à savoir si j'allais répondre par l'affirmative. Déjà que ma situation maritale des deux dernières années m'avait obligé à refuser toute invitation de leur part, sachant bien que ces réjouissances annonçaient des heures de plaisir charnel. Cette année, seul, sans conjoint, j'allais bien me permettre cette sauterie, espérant bien profiter de tous ces invités mâles. Donc, le 31, à 15 heures, je montai dans ma voiture, mon smoking dans ma valise car, sur le carton d'invitation, on avait pris la peine d'y inscrire que ce dernier était de mise. Lorsque j'entrai sur le domaine, immédiatement je remarquai toutes ces lumières multicolores illuminant la route menant au manoir. Denis et Sylvain n'avait point, encore une fois, lésiné sur les dépenses. Et le manoir m'apparût dans toute sa splendeur hivernale avec ses décorations, bien entendu, de bon goût. Je m'empressai de prendre ma valise et de marcher vers l'énorme porte d'entrée. Il faisait un froid sibérien et j'espérais bien qu'on m'ouvre la porte avec empressement. Elle s'ouvrit et un mec, large sourire aux lèvres, ...
     m'invita à entrer. Il était vêtu comme un majordome mais je savais bien qu'il s'agissait d'un escorte, comme à chaque fois que Denis et Sylvain recevaient des amis. Les seuls employés qui ne participeraient pas à la sauterie étaient les cuisiniers et les seuls qu'on ne verrait jamais. Le majordome me conduisit immédiatement à ma chambre où m'attendait déjà du champagne et du chocolat. Le jeune homme m'avisa que les maîtres attendaient les invités pour 19 heures, dans le grand salon, pour l'apéritif. Dans quelques minutes, un valet viendrait défaire ma valise et me préparer un bain bien chaud. Je le remerciai, sourire en coin, ayant en tête la fameuse série Downton Abbey. Je m'approchai de la fenêtre, jetant un œil à l'extérieur, le temps que le valet fasse son apparition. Je savais bien que je devais jouer le jeu et attendre ce fameux valet car avoir touché à ma valise aurait été une insulte. Je me demandai donc comment tous ces nobles des siècles derniers pouvaient bien vivre avec tant d'oisiveté mais bon, ils ne connaissaient rien d'autre alors… Un frappement à la porte se fit entendre et il entra sans même que je lui en donne la permission. Bon, ça fonctionnait comme cela. Je me retournai vers lui et, bien entendu, me retrouvai devant un adonis, beau comme un dieu, fin vingtaine. Il plia légèrement l'échine avant d'ouvrir la bouche. "J'espère que monsieur le duc a fait bon voyage". Je fronçai les sourcils, ne sachant nullement que les invités portaient un titre de noblesse ...
«1234...»