1. Baby-sitting (14)


    datte: 07/01/2019, Catégories: Transexuels, Auteur: Sam Botte,

    14 La pièce n’était pas très grande, mais elle avait été manifestement meublée dans un objectif précis : le sexe! Un pan entier de mur était constitué d’un très grand miroir. Un matelas de deux mètres sur trois environ occupait une bonne moitié de la surface. Il y avait à coté un banc qui ressemblait à un banc de musculation, pas très large, avec le dessus rembourré pour lui donner malgré tout un minimum de confort. Sur deux portants à roulettes étaient suspendues plusieurs tenues typées SM. Karine me désigna le banc de la tête : — Allonge-toi là-dessus, sur le dos! Et toi, Ghislaine, colle-toi en levrette sur elle. Je m’exécutai, laissant mes talons aiguilles reposer au sol. Ghislaine s’approcha. Je lui pris la main et elle se pencha pour m’embrasser, puis elle m’enjamba et se tint un instant immobile, debout au-dessus de moi. Karine venait de s’agenouiller à l’extrémité du banc et commençait à lécher le cuir mat de mes cuissardes rouges tout en me caressant les mollets. Elle se releva, prit mon sexe dans sa main et dégagea monpubis pour que Ghislaine se mette en position. Elle écarta les grandes lèvres et le plaça à l’entrée de son vagin. Ghislaine s’allongea complètement sur le dos. Je pris ses seins dans mes mains et commençai à les caresser tendrement, tout en la pénétrant aussi doucement que possible. Aussitôt, Karine se remit à genoux et elle gratifia Ghislaine d’une superbe séance de "broutte-minou". Sa langue allait chercher son clitoris, léchait ma hampe ...
    lorsqu’elle sortait du ventre de Ghislaine, puis retournait fouiller son intimité. Sa main gauche s’était glissé sous mes fesses et me caressait tour à tour les testicules et l’anus; sa main droite caressait l’entrejambe ou le ventre de Ghislaine qui ondulait lascivement pour profiter au mieux de la sensation de mon sexe planté en elle. Je laissais échapper des gémissements de plus en plus rapprochés et de plus en plus sonores. Ma main gauche délaissa son sein pour aller vers son clitoris que Karine léchait avec autant d’ardeur que de volupté. Elle poussa un long soupir de satisfaction. Sentant que j’approchais du point de non-retour, Karine profita d’un mouvement de bassin de Ghislaine pour sortir ma verge. Nous poussâmes ensemble un cri de surprise et de dépit. Laissant volontairement ses doigts frotter contre les grandes lèvres, Karine se mit alors à me branler si fébrilement que j’éjaculai presque aussitôt. Le sperme jaillit violemment, atterrissant sur le ventre de Ghislaine, au-dessus de la ceinture de la minijupe qu’elle n’avait pas quittée. Karine nous ordonna de ne pas bouger et se mit en devoir de nettoyer avec sa langue le fruit de ma jouissance. Elle ne cessait de nous caresser l’une et l’autre tout en s’activant. Après s’être occupée de Ghislaine, elle prit mon sexe qui n’avait pas totalement dégonflé dans sa bouche et effaça là aussi toute trace de sperme. — Sam, maintenant, je veux que tu lui nettoies la chatte avec la langue. Tout en gardant appui sur ses jambes afin de ...
«123»