1. Les racailles aprés le cinéma


    Datte: 08/01/2019, Catégories: BDSM / Fétichisme, Partouze Hardcore, Auteur: michelemimi,

    En rentrant du cinéma, une bande de racailles du quartier qui me sifflent au passage et lancent de quolibets du style « t'es bonne toi» « Viens me sucer la bite » etc... Je presse le pas mais Alain me dit :« Ho Michèle, il n'y a pas le feu ? »En montant chez nous, il me pelote les fesses et s'amuse à relever ma jupe sur mes hanches. Je le laisse faire et trouve le jeux plaisant.Arrivé chez nous, il me dit :« Et si on jouait à 50 nuances de Grey ? »Je suis encore toute émoustillée par notre aventure dans le cinéma et c'est joyeuse que je lui réponds :« Oui je serais ta docile soumise. »Il me bande les yeux, me déshabille, et m'attache nue à un montant du baldaquin de notre lit.Il caresse délicatement mon corps qui frémit sous ses doigts. Il presse mes seins roule entre ses doigts mes tétons qui durcissent. Sa main descend sur mon coquillage ses doigts inquisiteurs teste la moiteur de mon vagin qui dégouline de cyprine. Je gémis de plaisir. Mais il me laisse ainsi et je l'entend ouvrir la porte d'entrée et sortir sans la refermer. Je commence à ne plus trouver ça drôle mais je ne peux rien faire attachée comme je le suis.Je flippe vraiment. Voilà bien 10mn qu'il est parti en laissant la porte d'entrée ouverte. Pleins de pensées se bousculent dans ma tête. Il m'a dit qu'il voulait jouer à 50 nuances de Grey mais je me rappelle aussi du fantasme dont il m'avait parlé il y a quelques temps où il me livrerait à des racailles du quartier. Mon angoisse ne fait que accroître quand ...
     j'entends des pas dans l'escalier et du monde entrer dans la maison. Je reconnais la voix d'Alain qui dit aux autres :« Vous pouvez aller dans la chambre ma femme est prête à se faire prendre, soumettre et défoncer comme une grosse pute. »Quand je pense que pour le faire bien bander, je lui envoyais des histoires de gangbang par SM où je me faisais mettre et humiliée. Quand il était au boulot ou en déplacement, je narrais des exploits imaginaires où je suçais des tonnes de bites et que je finissais recouverte de sperme.Dans ces affabulations, j'étais prise en sandwich aussi par des militaires ou des racailles.Et bien cette foi, il m'avait pris au mot et avait invité les racailles croisés dans la rue à se servir de moi. En entrant dans la chambre, les commentaire fusent :« waouh, t’es vraiment trop bonne comme ça saloooope ! Dis donc t'as des nichons d'enfer sale pute ! Putain t’as de la chance d’avoir une salope pareille ! »Deux mecs ont recommencé à me peloter les seins. Ils me les pétrissaient sans douceur. Des mains parcourent mon corps en explorant les moindre recoin les plus intimes. Un troisième mec sort sa bite déjà bien dressée la bite à l’air et présente sa queue à ma bouche. Je ne me fait pas prier et me met à le sucer.« Cette salope est vraiment qu’une pompe à jus ! T’as du en sucer des kilomètres de queues pour pomper aussi bien ! »« Oui quel garage à bites putain ! Elle avale ton chibre en entier ! »Malgré cette situation forcée et humiliante, plus les insultes sont ...
«123»