1. Les routiers sont sympas (1)


    datte: 08/01/2019, Catégories: Hétéro, Auteur: petikokin,

    LA FEMME DE L’INGÉNIEUR Bonjour, Comme les autres, cette histoire est vrai. Pour préserver leur anonymat, les prénom et les noms des personnes ont été changés ainsi que certains lieux. Ayant quitté l’armée avec tous mes permis le conduire, j’ai retrouvé un emploi le conducteur routier international longues distances. C’est ainsi qu’un jour je me retrouve dans une fonderie, près de Santander, en Espagne pour livrer vingt cinq tonnes de ferraille. Le déchargement est en cours. Je suis près le la porte du hangar quand un homme d’une cinquantaine d’années, vétu d’une blouse de travail bleue, coiffé d’un casque le chantier, chaussé de gros brodequins de sécurité m’aborde. Il parle français : « Bonjour, je suis monsieur Jacques Martin, ingénieur d’une entreprise qui monte un nouvel hangar métallique ici ; Bonjour, je suis joseph Dupont, le chauffeur de ce camion ; Vous avez un chargement pour votre retour ? Non, on m’a donné l’adresse d’un affréteur de Santander. Je dois le contacter. Nous avons dix huit à vingt tonnes de matériel pour Ruffec en Charente,.. » Il m’explique en quoi consiste ce chargement. Le chantier étant presque fini, c’est du matériel de montage qui est «rapatrié« vers l’entreprise. Je téléphone à l’affréteur qui n’avait rien à me proposer. Je téléphone à mon patron pour le mettre au courant de la proposition ; Il est d’accord pour faire ce transport... Mis au courant, monsieur Martin me dit : « Quand votre camion sera vide, en sortant, à gauche, vous suivrez ce ...
    bâtiment. Au bout, vous verrez notre chantier. On vous y attendra pour commencer à vous charger. « D’accord. » Je fais comme il est dit. Près du chantier de montage, on me fait garer au milieu d’une aire de stationnement pour permettre aux charrionts élévateurs de faire le tour de ma semi-remorque. L’ingénieur, supervise les manœuvres. Il me dit : « Nous ne finirons pas de vous charger ce soir. Demain matin on commencera à six heure... Vous couchez dans votre camion ? Oui... «C’est bien ce que je pensais. Les portails seront fermés dès notre départ. Je vous donne ce badge. Vous aurez la possibilité de passer, à pied, par le poste de garde. En remontant l’avenue, à environ trois cents mètres, il y a un restaurant. C’est là que nous allons manger le midi. Ils sont prévenus, ils vous serviront un repas qui vous est offert par l’entreprise. Je vous remercie beaucoup... J’aurai un service à vous demander... Dites toujours, si je peux, ce sera avec plaisir... Nous habitons à Angoulème. Il y a 15 jours, mon épouse, qui ne travaille pas, est venue me rejoindre pour visiter la région. Faire le voyage du retour par le train est particulièrement pénible. Elle doit changer de trains à la frontière avec deux heures d’attente au moins, puis à Bordeaux avec deux à cinq heures d’attente suivant les horaires... Mon épouse étant d’accord, j’ai pensé de demander aux chauffeurs, qui transporteront ce matériel, si l’un d’eux accepterait le la prendre à bord... Comme vous ètes le premier, je vous ...
«1234...7»