1. Melting potes


    datte: 08/01/2019, Catégories: Humour sexuel, Mature, Partouze, Auteur: BAZOUK1,

    Nos vies requièrent une bonne dose d'humour. Il n'est pas sur pourtant que mon ami eût reçu parfaitement mon propos. En effet je lui ai toujours caché les conséquences de son engagement. Pour aller vite mon ami tout de tropisme de gauche est largement impliqué dans des associations d’aide aux migrants dans la région. J'ai toujours été rétive à un tel engagement. Non pas que je sois hostile au bien de l'humanité mais je ne conçois pas qu'on doit y sacrifier le commerce de ses proches. Nous nous sommes souvent disputés. Pour emporter le point j'eus volontiers révélé à mon ami l'anecdote précise que je vais vous conter.Nous frôlions des fois l'illégalité. En notre région du Calaisis, quelques têtes brûlées ne répugnaient pas à comparer leur action à celle des résistants dans les zones frontières de la France occupée. A cet égard favoriser le transit d'un migrant en Grande-Bretagne se pouvait célébrer comme une victoire contre cet État fasciste qu'est la France. De telles outrances n'étaient pas pour rien dans mon agacement. Je n'en pouvais plus de ce gauchisme bas de plafond. J'en voulais à mon ami de m'imposer la fréquentation d'une telle engeance. On est gagné à force par la contagion de leur bêtise n'étant pas loin d'une religion de culs bénits.Je sus un jour que ledit ami contribuait avec quelques autres à transbahuter des migrants jusqu'à la côte belge pour d’hypothétiques traversées jusqu'à la côte anglaise. C'était passible de lourdes peines. Cela me hérissait. Il ...
    n'avait jamais eu le front à m'impliquer dans ces opérations jusqu’à ce fameux jour. Usant de maintes circonvolutions, je crus à une autre demande que celle-là. Je n'en étais pas moins sur mes gardes. Il présenta les choses de telle façon qu'il devait berner une fois pour toutes les gendarmes et s'acheter à leur égard une conduite. Je devais l'aider en cela. Par ailleurs il me fit miroiter qu'il arrêterait ensuite.En gros, il affecterait d'amener deux, trois migrants dans une voiture vers la Belgique. Ceux-ci en fait seraient de paisibles ressortissants français bien que fort basanés. Les vrais migrants étant convoyés par moi en une autre auto prêtée par un ami. Mon périple ne serait que d'une heure. Je devrais m'assurer durant une nuitée du sort desdits migrants. Ceux-ci étant pris en compte par l'équipe finale responsable de la traversée de mer. L'ami m'assurait que ce serait une chose simple peu risqué. Vous concevrez l'état de mon palpitant. Je n'ai jamais rien tant haï que de contrevenir à l'ordre public. Je ne suis pas fille de militaire pour rien.Penaude, je dus accepter. Je tâchais de me convaincre qu'une course d'une heure passerait vite et que je n'aurais qu'à m'endormir jusqu'au matin en attente de l'autre équipe. D'angoisse je n’avais de cesse que survint le fameux jour pour me débarrasser de cette corvée. Peu après le bureau, je dus aller quérir trois types dans un sous-sol du centre commercial. Je dus faire plusieurs niveaux du parking pour s'assurer que mon auto ne ...
«1234»