1. Une fille qui a... du piquant (chapitre 4)


    Datte: 09/01/2019, Catégories: Anal BDSM / Fétichisme, Gay

    Après une bonne douche, je m’allonge pour les 2 heures qu’il me reste avant d’aller bosser. Difficile de trouver le sommeil après une telle nuit et cette débauche d’adrénaline. Je pensais aller porter plainte à la gendarmerie, mais pour leur dire quoi ? Que j’ai suivi de mon plein gré un inconnu à 1h du mat’ avec une cagoule sur la tête et que j’ai laissé ma porte grande ouverte… Ils vont bien s’amuser…L’heure tourne et je me prépare à aller bosser mais je sens que ce samedi va être long et c’est ma grosse journée en général. La journée se passe tant bien que mal, et je rentre chez moi exténué. Je regarde mes mails, j’en ai un de ma reine. J’ai un grand sourire aux lèvres, je l’ouvre. Il y a une photo d’elle… avec mon ordinateur et mes appareils hifi disparus ! Il y a aussi une phrase : « Voilà ce qui arrive quand on n’apporte pas d’offrandes à sa reine ! » : me voilà prévenu. Je n’arrive pas à lui en vouloir, et si pendant une demi seconde je me suis demandé comment récupérer mon matériel, je me suis vite rendu compte que ça n’avait aucune importance.Mon réveil doit retarder de 3 minutes, puisque le vendredi soir suivant, exactement à la même heure 00h57, on cogne à nouveau violemment à ma porte. Le même homme me tend une cagoule et tend l’autre main ouverte. J’avais prévu le coup, mes clés et mon argent se trouvaient juste à la porte d’entrée. Je prends d’une main fébrile la cagoule en déposant l’argent dans sa main ouverte. J’avais apporté une somme importante, 1000 ...
     euros, dans l’espoir de « payer » la séance précédente et récupérer mes affaires. En fait c’était une bonne partie de l’argent mis de côté pour mes prochaines vacances. C’était un sacrifice pour moi mais ça en valait le coup. Avec le même procédé, on arrive dans cette maison. Je me mets tout de suite à genoux en lui souhaitant bonjour. Elle me répond que je suis un petit chien bien dressé et qu’elle avait un cadeau pour moi. J’espérais qu’elle allait me rendre mes affaires… mais en fait c’était une robe… Elle m’enfile la robe, elle est noire, en cuir, très serré et très courte. Elle me menotte les mains dans le dos, une barre accrochée à mes chevilles m’écarte les jambes. Debout, elle me met une perruque et me maquille outrageusement et vulgairement. Elle met un miroir devant moi. Piouuu, je suis une pute vraiment très très moche. Me voir ainsi, offerte sans retenue à ma reine m’excitait énormément. Je la voyais hésiter devant un ensemble de god, plus ou moins gros, plus ou moins long, des noirs, des blancs, avec des détails ou en métal. Je me sentais si bien que ma queue dépassait déjà de la robe qu’elle m’avait mise. Elle choisit un god- ceinture avec une bite bite blanche, pleine de veines, pas très large mais longue. Elle me met à genoux , s’assoit sur une chaise fasse à moi et me dit de la sucer. Je m’exécute avec plaisir, je ferais tout pour ma reine. Elle me crie , « plus fort !», « plus vite ! », « plus profond !», « crache sur ma queue, sale pute ! », « tu es ma petite ...
«123»