1. UNE TRANCHE DE VIE 8


    Datte: 10/01/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Maceron,

    pointant fièrement au dessus de mes aréoles, puis vers mon ventre. Il se décide enfin à défaire les trois derniers boutons de ma robe, je me trouve offerte à ses regards, à ses mains à sa bouche. Je défais sa ceinture. Je glisse ma main dans son boxer short et prend sa queue que j’effleure du bout des doigts, ce qui le fait réagir. Sa main écarte plus largement mes cuisses et caresse ma chatte en suivant la fente d’un doigt qui se veut pénétrant. Je sens que je me mets à mouiller énormément. Après avoir complètement ouvert ma robe, ses mains descendent de mes seins sur mon ventre et il se laisse glisser à mes pieds entre mes cuisses qu’il écarte pour atteindre mon vagin, déjà bien mouillée, qu’il entreprend de lécher, de sucer. C’est bon, il a la langue pénétrante. Je suis pratiquement couchée sur le canapé, offerte. J’ai enlevé mes escarpins et je caresse du bout de mes orteils sa queue. Il m’écarte les cuisses, je suis presque au grand écart, ouverte, offerte à sa bouche à sa langue. Il prend mes mains et les mets sur mes seins, « Caresses tes seins, caresses toi me dit-il. » J’ai les seins déjà gonflés, durs, les pointes sont turgescentes, mais j’adore me caresser les seins, le ventre, les cuisses pendant qu’on me lèche, qu’on m’aspire la chatte. La pression monte. Si ça continue, il va devoir me prendre ici. Pas possible. Je l’arrache de ma chatte et lui dit : « Viens on sera mieux dans la chambre ». Ma robe tombe, je suis nue avec porte-jarretelle et bas, lui fini de ...
     se déshabiller. Nous rentrons dans la chambre, je m’assieds sur le lit, B est debout devant moi le sexe au garde à vous et à ma hauteur. C’est une invite à le sucer. Je prends sa hampe la lèche et l’humidifie par petits coups de langue et je lui suce le gland avant de lui dérouler un préservatif. Ce détail passé, auquel, visiblement, il ne s’attendait pas, il me bascule sur le lit, et reprend ma chatte avec sa langue et introduit deux de ses doigts, ce qui me fait me cambrer et il commence un va et vient rapide et efficace. Je n’y tiens plus et je lui dit : « Viens, j’ai envie de toi, prends moi ». Il m’écarte les cuisses et vient se mettre sur moi, je prends son sexe et le guide en moi. Je suis tellement mouillée qu’il entre sans difficulté et commence ses va et vient énergiques. Il me pilonne durement, j’aime, c’est fort, puissant, c’est brutal, le plaisir monte, à chaque coup de butoir je m’entends lui dire « Oui, continue ». Plus il me travaille, plus je lui dis de continuer. C’est bon, brutal. Mais, j’ai quand même un peu l’impression de subir ce qui se passe, j’ai l’impression d’être la femelle qui est montée par un mâle en rut. Littéralement, je ne suis pas en train de faire l’amour, je suis en train de me faire baiser. C’est bon, c’est agréable et sans l’avoir senti venir, je me cabre, et j’ai un orgasme fort et brutal. Une jouissance brutale, surprenante, agréable et je m’entends pousser un long cri de plaisir. Avec un temps de retard, je sens B qui s’arrête de me ...