1. Jeux intimes entre amis (1)


    Datte: 10/01/2019, Catégories: Lesbienne Auteur: matchless,

    parfaitement lisse. De l’autre côté, nous avions Mathilde, la petite folle. Avec son mètre soixante-douze, ses cheveux blonds, ses yeux si foncés qu’ils semblaient noirs et ses petites lunettes carrées, nous pouvions la reconnaître entre mille. Et puis, il y avait moi. Marion. Je mesurais pile poil un mètre soixante-dix, et comme vous le savez déjà, j’avais de longs cheveux roux. J’avais presque les mêmes yeux vert qu’Aurel, si bien que mes amis nous demandaient toujours si nous n’étions pas frère et sœur sans le savoir. Cependant, mes petites taches de rousseur sur les joues affirmaient le contraire. Ce soir, après avoir dégusté notre fondue savoyarde, nous décidâmes de jouer à un jeu afin de passer la soirée. Après tout, à quoi bon se retrouver entre amis si ce n’est pas pour s’amuser. N’ayant pas apporté de jeux de société, nous dûmes trouver quelque chose. Tout ce que nous avions à notre disposition était un paquet de cartes. -Et à quoi vous voulez jouer ? demandai-je. -Pourquoi pas une manille ? proposa Aurel. -Tu es le seul à savoir y jouer, fit remarquer Mathilde. Il faut trouver un jeu auquel tout le monde sache jouer. -Alors c’est soit un poker, soit une bataille, parce que je ne sais jouer à rien d’autre, dit Alexia. -Alors va pour un poker, que l’on puisse au moins jouer à un vrai jeu, plaisanta Damien. -Et vous avez de quoi miser ? demanda alors Thomas. Parce qu’un poker sans mise, c’est comme un flipper sans points : aucun intérêt. -On n’a qu’à faire un ...
     strip-poker, s’écria alors Alexia. Nous la regardâmes tous, nous attendant à ce qu’elle nous dît « mais non, je déconne ». -Bah quoi, se justifia-t-elle ? On n’est plus des gamins : Marion est la plus jeune avec dix-neuf ans. On a tous déjà vu des gens à poil, ou partiellement. Et puis, c’est pas parce qu’un groupe de six amis jouent au strip-poker que ça va forcément dégénérer. Finalement, l’idée ne nous paraissant plus aussi mauvaise, nous décidâmes de nous lancer dans une partie. Nous nous installâmes tous autour de la table en bois, bien évidemment nettoyée après notre repas. Lorsque chacun fut assis, Aurel amena le paquet sur la table et mélangea. -Et pour les règles, on fait comment ? demandai-je. -Qu’est-ce que ça change que t’aies tes règles ? remarqua Mathilde. Je la regardais, incrédule. -Je crois qu’elle parlait des règles du jeu, ironisa Damien. Mathilde voulut rétorquer quelque chose, mais elle se ravisa sagement. -Je propose qu’on fasse un jeu rapide : cinq cartes par joueur, celui qui a la plus mauvaise main se déshabille. Oh, et chacun fait en sorte de ne porter que cinq vêtements différents. J’imagine que tu n’as pas envie de perdre en trois tours avec ta robe, Mathilde. -Non, tant pis pour elle, dis-je. Après tout, le jeu est plus drôle avec un handicap. Mathilde me jeta un regard noir, mais elle fut bien la seule ; les autres furent tous d’accord, si bien que Mathilde n’eut pas son mot à dire. -Bon, je distribue, dit Aurel. Il se leva afin de mieux distribuer les ...
«1234...8»