1. Jeux intimes entre amis (1)


    Datte: 10/01/2019, Catégories: Lesbienne Auteur: matchless,

    cartes, et ainsi nous reçûmes rapidement nos cinq cartes. Pour ma part, j’avais une Couleur. En d’autres termes, mes chances de perdre étaient d’environ 0,12% (faites le calcul si vous ne me croyez pas). Je jetai un rapide coup d’œil aux joueurs assis autour de la table. Damien et Aurel semblaient être habitués à ce jeu ; je ne repérai rien sur leurs visages qui aurait pu trahir une bonne ou, plus intéressant, une mauvaise main. Thomas, quant à lui, s’y j’en jugeai par le petit sourire qu’il avait esquissé après avoir regardé ces cartes, semblait avoir un bon jeu. Les deux filles, de leurs côtés, semblaient également satisfaites. Il était alors temps de montrer nos jeux. Je dévoilai alors avec fierté ma Couleur : cinq cartes carreaux. Mathilde jeta alors ses cartes sur la table en dévoilant un Carré de valets. Alexia, quant à elle, avait un Carré de trois. Aurel et Damien posèrent alors leurs Quinte Flush. -Joli pull, me fit remarquer Thomas. Dommage que tu aies à le retirer si vite. Je ne pus alors que regarder son dix, son valet, sa dame, son roi et son as, tous de carreaux. Super Quinte Flush. Bon sang, c’était mathématiquement impossible. Comment avais-je pu perdre cette partie ? -Le pull ! Le pull ! chantèrent alors mes amis en claquant des mains sur la table. Absolument écœurée d’avoir perdu avec un tel jeu, je me préparai à ôter mon vêtement. -Attendez, je voudrais proposer une règle ! s’écria Mathilde. Le gagnant de la manche a le droit, que dis-je le devoir, de ...
     retirer le vêtement du perdant. Je voulus protester, mais puisque tout le monde semblait d’accord, je n’insistai pas. Thomas ne se fit alors pas prier et s’approcha de moi pour ôter ce pull qui me donnait, je l’avouais, un peu chaud. J’eus tout de même droit à quelques moqueries dues à quelques cheveux maintenus en l’air à cause de l’électricité statique. Seize autres manches s’écoulèrent sans que je n’en gagnasse la moindre. Pire encore : j’en avais perdu la plupart. J’étais actuellement seins nus, seule ma culotte me séparait de la nudité totale. La dix-huitième partie commença. Bon sang, deux paires, pensais-je. Je voyais déjà ce petit bout de tissu glisser le long de mes jambes, révélant ainsi mon intimité à celui qui gagnerait cette partie. -Nouvelle règle, annonça Mathilde. L’ultime vêtement doit être retiré par la gagnant de la manche... avec les dents. -Mais non ! protestai-je. -Ne sois pas si inquiète, nous y passerons tous. Elle pouvait parler, la Mathilde. Sur quinze parties, elle n’en avait perdu qu’une. Thomas et Damien étaient à deux : ils n’avaient ôté que leurs chaussures et leurs chaussettes. Aurel, quant à lui, en avait perdu trois, ce qui expliquait qu’il fût torse nu. Alexia était à quatre, il lui restait donc son soutien-gorge et sa culotte. Le fait que rien ne soutînt ma poitrine devant mes amis me semblait étrange, je voyais d’ailleurs leurs regards se poser par moments sur mes tétons, malgré mes petites mensurations. Et à chaque fois que je tentais de ...
«1234...8»