1. Jeux intimes entre amis (1)


    datte: 10/01/2019, Catégories: Lesbienne, Auteur: matchless,

    mettre mes bras devant, je pouvais toujours compter sur Mathilde pour me le faire remarquer et m’obliger à « montrer les boobs ». -Allez, montre-nous tes cartes, Marion, me demanda Aurel. Tous les autres les avaient déjà posées. Évidemment, j’étais celle qui avait la plus faible main avec ma double paire. La chance n’était vraiment pas de mon côté. -Bon, j’ai compris, tu peux venir me déshabiller, Aurel, soufflai-je en pensant à son Full. -Ce ne sera pas nécessaire, dit alors Alexia. Je n’ai rien en main. Bon sang, à cause de la panique, je n’avais pas vu qu’Alexia n’avait pas posé ses cartes, et elle n’avait même pas une paire. -On dirait qu’on va être deux à leur permettre de se rincer l’œil, ajouta-t-elle à mon égard en ôtant son soutien-gorge bleu. Je vis alors ses deux seins rebondir dans le vide. Ils n’étaient pas aussi imposants que ceux de Mathilde, mais ils étaient plus denses que les miens. -Je tiens à te préciser, Alexia, que c’est Marion qui te mate le plus, rigola Damien. En croisant mon regard, cette dernière rougit en esquissant un léger sourire de gêne. -Désolée, ne pus-je que répondre. D’un regard, elle me fit comprendre que tout allait bien. La dix-neuvième partie débuta enfin. Cette fois, ce fut moi qui distribuais. Je me levai et donnai ses cartes à chacun. Lorsque je me rassis, je regardai mon jeu et manquai de m’étouffer en remarquant que j’avais une paire de trois. Pas plus. Mes chances de ne pas perdre étaient alors de 41%. Moins d’une chance sur ...
    deux. Je priai intérieurement, incapable d’imaginer ma culotte tomber. -J’ai un Super Quinte Flush ! explosa de joie Alexia. -Apparemment, c’est moi qui perds, dis-je en posant ma main sur la table. J’ai une paire. Une paire de trois. Qui dit pire ? Chacun posa sa main sur la table : Aurel avait une paire de cinq, mais cela suffisait pour battre ma mienne. -La culotte ! La culotte ! scandèrent alors mes amis. Je me levai alors de ma chaise, les joues cramoisies. Alexia n’était pas en meilleur état ; elle allait devoir utiliser sa bouche pour me dévêtir. Lorsque nos corps furent suffisamment proches l’un de l’autre, elle s’agenouilla devant moi. -Tu es prête ? Me demanda-t-elle en me regardant dans les yeux ? J’acquiesçai. Après tout, cela faisait parti du jeu. Elle posa alors son visage sur mon bassin, et sa bouche mordit dans le tissu de ma culotte. Elle baissa alors légèrement la tête, faisant descendre le fin bout de tissu petit à petit. Elle lâcha prise lorsqu’elle dut avaler sa salive. Elle posa alors ses mains sur mes cuisses et croqua à nouveau dans ma culotte. Je sentais chacune de ses respirations chatouiller la peau de mon pubis. Petit à petit, un petit triangle de poils pubiens apparut aux yeux de tous. Mes lèvres étaient désormais visible, et je sentais le nez d’Alexia frotter contre mon sexe. Ses respirations atteignirent alors mon clitoris, si bien que je ne pus contenir un petit gémissement. -Je rêve, c’était un gémissement ? s’enthousiasma Mathilde. -C’est pas ce ...
«1...345...8»