1. Comment j'ai perdu ma virginité avec mon parrain (1)


    datte: 10/01/2019, Catégories: Inceste, Auteur: Vanessa11,

    Je m’appelle Vanessa. Je vais vous raconter comment j’ai perdu ma virginité à 19 ans. J’étais une jeune fille plutôt mignonne. J’avais une poitrine assez importante, 90D à peu près, plutôt ferme, des fesses rondes, quelques formes mais plutôt bien réparties. J’avais des longs cheveux châtains, des yeux verts... Bref, je plaisais déjà beaucoup aux garçons de ma classe, sans qu’aucun n’ait attiré mon attention. Cela s’est passé pendant les vacances d’été. Comme tous les ans, mes parents avaient loué une maison en bord de mer. J’ai aussi une sœur, Melissa, qui avait 14 ans à l’époque, et un frère de 19 ans. Cette année, nous étions partis avec mon parrain, 56 ans, qui est aussi le meilleur ami de mon père. Divorcé de son ex-femme depuis 2 ans, il ne s’était toujours pas remis. Je m’entends très bien avec mon parrain, Bernard, depuis ma plus tendre enfance. Je le surnommais Papou. Mes parents n’étant pas très affectifs, c’était mon parrain qui m’avait donné tout l’amour que je voulais. J’allais souvent chez lui et son ex-femme, et j’en étais très proche. Ces dernières années, avec le divorce, ainsi que l’apparition de mes formes, je sentais que son regard avait un peu changé sur moi. Je le sentais plus lubrique, intéressé. Cela ne me dérangeait pas vraiment. Je lui vouais une admiration hors norme, malgré son embonpoint et ses tendances alcooliques. J’aimais savoir que je lui plaisais. Durant ses deux dernières années, ça lui était arrivé de frôler mes fesses, mes seins, de me ...
    prendre dans ses bras de manière un peu plus poussée que d’habitude, de passer sa main dans mes cheveux... tout cela à l’insu de mes parents, sans pour autant aller plus loin. Ce matin-là, mes parents étaient partis faire des courses au centre commercial avec ma petite sœur. Mon frère était parti rejoindre des amis. Moi, je dormais, comme souvent le matin, dans ma chambre à l’étage. Le bruit de l’escalier qui craque puis de la porte de ma chambre qui s’ouvre m’ont sortie de ma torpeur. Faisant dos à la porte, je n’ai qu’à peine ouvert les yeux, encore fatiguée d’avoir veillé tard la veille. Je sentis la couette se soulever, puis la présence d’un homme qui se glissa contre moi. Je sentis un corps, vraisemblablement nu. "- Bonjour Vanessa ! Comment vas-tu ? Tu es réveillée ? — Bonjour Papou ! Oui, je me sens encore bien fatiguée." Je sentis sa main gauche passer sur mon grand t-shirt pour me serrer contre lui. "- Tu sais que j’aime ton corps ma grande ? Cela fait tellement de temps que je rêve pouvoir le toucher..." Je ne répondis rien et fermai les yeux. J’aimais sentir cette affection de sa part. Bernard profita de mon acquiescement silencieux. -Tu as un corps très excitant tu sais ? Au fait, tu es toujours vierge d’après ce que tu me racontes ? — Oui Papou ! Je n’ai jamais fait l’amour, les seuls qui ont pénétré mon intimité sont mes doigts de temps en temps le soir. — Ah oui ? Tu te masturbes ? Petite coquine, tu m’avais caché ça... Pendant ce temps, sa main avait commencé à ...
«123»