1. Pauline - années adulte (1)


    Datte: 10/01/2019, Catégories: Erotique, Auteur: cocolst,

    Chapitre 1 • Désolé Nathalie, mais là, je n’y arrive vraiment pas. • Je vois ça. Elle reste toute molle. • Tu auras eu au moins mon cuni. • Pardon, mais j’ai simulé. • Vraiment ? • Ben, tu n’avais pas la tête à ça. Et pourtant, j’adore lorsque tu utilises ta langue et tes doigts. Mais, j’ai bien senti que tu étais ailleurs. Fais pas cette tête, je te promets que j’ai très rarement simulé avec toi. Elle se glissa dans mon dos, plaqua ses seins contre ma peau, glissa ses mains contre mon torse qui descendirent sur mon ventre pour aller entre mes cuisses. • Tu veux que j’essaie tout de même de la faire monter ? • Je ne pense pas que tu réussisses. • Qu’est-ce qui te stresse comme ça ? C’est parce que tu vas faire passer l’entretien annuel de Pauline cet après-midi ? • Pourquoi tu me parles d’elle ? • Ne réponds pas par une question. Il est peut-être temps que tu sois franc avec elle. • Je ne comprends pas de quoi tu parles. • Ne t’énerve pas, s’il te plait. Je te parle en ami. Crève l’abcès. Tu veux savoir pourquoi je te garde en amant ? • Parce que tu adores mes cuni. • Oui, mais pas seulement. Avec toi c’est simple, il n’y a pas de saint valentin, pas de petits cadeaux, pas de sentiments amoureux, juste de la baise. Et depuis deux ans qu’on couche ensemble, j’ai bien compris que ce n’est pas à moi que tu penses, mais à elle. La situation me convien, sauf que Pauline ne semble pas aller très bien depuis quelques temps et ça t’affecte aussi et je m’inquiète pour toi. • Je ...
     C’est gentil, mais ce n’est pas la peine, je suis un grand bonhomme Je dois faire quoi alors ? • Ne pas te défiler comme l’an dernier en laissant André prendre ta place. Profite de ce moment en tête à tête pour lui dire ce que tu penses vraiment d’elle. • Je n’ai jamais été fort à ça. Elle se détacha de moi pour rire, puis m’embrassa dans le cou, sur la joue, et sortit du lit de cette chambre d’hôtel pour se plaquer dos au mur face à moi. Nathalie était une jolie femme, approchant de la quarante, mais vraiment très bien faite et très attirante. Elle pouvait faire tomber tous les hommes de la terre à ses pieds d’un claquement de doigt. Mais, elle avait raison, ce n’était pas d’elle dont j’avais envie. Ca n’a jamais été d’elle d’ailleurs. Je savais très bien ce qui l’avait amusée. Elle se souvenait de la fois où j’étais allé dans son bureau, hésitant, pour lui demander de coucher ensemble. J’avais été maladroit, mais elle avait accepté. Je n’aurai certainement jamais osé lui proposer ça si, quelques mois avant, lors d’une petite soirée, un peu éméchés tous les deux, elle m’avait pris à part pour m’embrasser chaudement. J’avais été surpris et flatté. Mais ce n’était pas allé plus loin, bien qu’elle aurait aimé. A ce moment-là, je n’avais pas la tête à ça, avec mon divorce, le problème de garde d’enfants • Dis-moi Yvan, en toute franchise, depuis combien de temps tu penses à elle ? • Depuis la première fois que je l’ai vue Une semaine après je te demandais de coucher ensemble. • ...
«123»