1. Job d'été, jeu d'été (2)


    datte: 10/01/2019, Catégories: Hétéro, Auteur: xstorycle,

    d’où le téléphone. — Mais... depuis longtemps ? — Bientôt six ans, je crois." Il semble ennuyé. Je sens qu’il veut me demander ou me dire quelque chose, sûrement en lien avec vendredi dernier, mais sans oser. Je le sors du pétrin en lui disant : "Tu sais, il est au courant. Nous sommes libres de suivre nos envies, tant que nous ne faisons pas de cachotterie." Visiblement, il est intrigué et soulagé. Il s’approche de moi et me dit "J’ai suivi tes instructions, tu sais. J’ai beaucoup pensé à toi ce week-end... et ce début de semaine." Cette simple phrase m’excite. Je vais fermer la porte des vestiaires - entrebâillée jusque là -, tourne le verrou et lui demande : — "Raconte-moi ce à quoi tu as pensé exactement. — J’ai beaucoup pensé à tes seins. Ils sont magnifiques. D’une belle taille, ferme. Tu caches bien ces petites merveilles sous tes tee-shirts larges." Il s’approche de moi et entame de déboutonner ma blouse. Il continue : "J’ai du mal à me concentrer quand tu es ici. C’était déjà difficile quand je ne savais pas ce que tu cachais là-dessous mais, maintenant, c’est pire encore. Je bande pour toi. Tu le sens, ça ?" En disant cela, il retire ma blouse, me fait reculer pour m’adosser aux casiers et presse son sexe contre mon aine. Même au travers de son jean et du mien, je sens combien son membre est dur. "Et, aujourd’hui, je t’ai beaucoup observée. À voir tes seins bouger, je dirais que tu ne portes pas de soutien-gorge. Alors je n’y tiens plus." Il retire mon tee-shirt. Il ...
    a raison. Il fait très chaud aujourd’hui et j’ai fait l’impasse sur le soutien-gorge. Il soupèse mes seins et presse un peu plus son sexe contre mon aine. Je sens ma culotte devenir très humide. Il se penche et entame de me lécher et sucer les tétons. Ses mains parcourent mon ventre, souvent juste au-dessus de ma ceinture. Je me laisse faire et me tortille de plaisir. J’ai envie qu’il me retire le bas, qu’il me travaille le clitoris, qu’il fouille mon sexe de ses doigts ; mais il n’a pas l’air décidé. Il prend son temps et se joue de mon impatience. Il souffle "J’ai hâte de voir ton petit cul nu..." et je me dis qu’il va enfin continuer de me déshabiller. Mais non, ses mains remontent, pour me peloter les seins et je me tortille encore davantage. Je pousse ses mains vers mon entrejambe. Le message me semble clair. Mes tétons sont dressés et très sensibles. Doucement, tout doucement, il pose les dents sur l’un de mes tétons, ce qui me cause une vague de plaisir. Je gémis. Il prend chacun de mes tétons entre deux doigts et les triture doucement : "Si tu fais du bruit, mes collègues vont nous entendre et être jaloux... et je serai obligé de les laisser entrer." Par bravade, je lui réponds : "Tu crois me faire peur ?". Il rit de bon cœur et me dit : — "Non. Je suis prêt à parier que tu es une gourmande et que tu as déjà couché avec plusieurs hommes en même temps. La question que je me pose est : combien au maximum ? — Essaie de deviner. — Je suis convaincu que tu peux satisfaire ...