1. La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode N°966)


    Datte: 10/01/2019, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: MAITREDOMINO,

    Marion au Château (devenue soumise Aphrodite MDE) – (suite de l'épisode précédent N°965) - J’y grimpais donc, renifla et fit un tour sur moi-même et me coucha en chien de fusil, comme l’aurait fait l’animal Le lendemain matin, le Maître se réveilla tôt, plus tôt même que Wangdak. Il avait beaucoup de route à faire pour atteindre l’aéroport et remplir toutes les formalités administratives pour que Ses nouveaux chiens puissent partir en France rapidement, avec tous les objets qu’Il avait acheté au marché. Il partit sans avoir dérangé personne pour un éventuel déjeuner, et me déposa dans le quartier des chiens, m'attachant à une niche vide. Quand le tibétain vint libérer ses chiens pour qu’ils aillent remplir leurs tâches quotidiennes, il ne fut pas surpris de me trouver parmi eux. - Je me doutais que mon ami voudrait partir tôt ce matin, mais je ne peux pas m’occuper de toi tout de suite. Mais j’ai une idée ! Il me traina dans la salle à manger où il devait passer un certain temps. Il exigea que je me tienne à genoux, jambes écartées, main sur la tête. Il quitta la pièce et revint un quart d’heure plus tard avec quelque chose d’assez imposant, sur roulette, mais couverte par un drap, ce qui fit que je ne pouvais pas savoir ce que c’était. Il déplaça une table réglable en hauteur qui se trouvait dans un coin de la pièce et la plaça en son centre. Il exigea que je monte dessus et que je me mette en levrette. Il me banda les yeux. Il appliqua des plaques métalliques sur mes ...
     chevilles, qu’il fixa à la table, idem pour les poignets. Il déplaça la chose roulante derrière moi et en enleva le drap. Il y avait en dessous une ‘sexe-machine’ avec deux godes, longs et épais fixés sur des tiges métalliques pouvant se mouvoir en des vas et viens réglables. Il en positionna un devant ma chatte, et devant ma rondelle. Il les fit pénétrer en moi l’un après l’autre, réglant la profondeur et l’angle, afin qu’ils me pénètrent le plus profondément possible, sans toutefois que ce ne soit trop douloureux. La machine avait plusieurs programmes. Il en lança un. À intervalle régulier, les mouvements changeaient. Quand l’un rentrait, l’autre sortait, parfois l’un, l’autre ou les deux se mettaient soient à vibrer, soit à se mettre à tourner autour de leur axe, soit l’un après l’autre, soit ensemble. Et pour finir d’agrémenter le tout, il plaça à la verticale un magic wand qu’il plaça contre mon clitoris. - A chaque fois que tu jouiras, je noterai une séance de vingt coups de fouet. À toi de voir si tu préfères jouir et subir le fouet, ou si tu préfères continuer ton entrainement sans avoir été sanctionnée avant Il s’installa pour prendre son petit déjeuner. La table où je me tenais était placée en face de lui. Il avait pris un bloc note et un stylo à portée de main pour noter le nombre d’orgasmes que je pourrai éventuellement avoir. Il activa les appareils grâce à une télécommande, et se fit servir. Il prit son temps pour manger, il mit une bonne demi-heure. Puis après, il ...
«1234»