1. Une petite autobio du bout des doigts


    datte: 11/01/2019, Catégories: fh, ff, fhh, grp, fbi, hagé, fagée, couplus, extraoffre, cocus, collection, fsoumise, Oral, préservati, pénétratio, double, Partouze, fsodo, Partouze, uro, donjon, attache, fouetfesse, méthode, confession, initfh, sm, lieuxpubl, internet, Auteur: Patrik,

    voiture dans un parking, c’est moins confortable, mais il y a un petit truc en plus. Et dans la nature, dans les champs, sous un arbre, derrière un bosquet, c’est franchement le pied ! Mon homme aime recevoir de ma part de belles et bonnes fellations complètes (de A à Z, je précise) dans les règles de l’art. Et moi, j’aime les lui donner, peu importe l’endroit, du moment qu’il n’y a pas d’enfants ou de forces de l’ordre dans le coin. Et puis, c’est normal pour une Shadock de savoir pomper, non ? C’est fou ce qu’on peut faire avec divers godes, accessoires et toys plus ou moins volumineux ! Je ne vous dis que ça ! Ah si, je peux vous causer de la notion de sandwich (pas le truc qui se mange), avec un intrus naturel et un autre artificiel Humm, recevoir du bon sperme chaud sur le corps, les seins, les fesses, le visage, l’utiliser comme crème de beauté puis lécher ensuite langoureusement ses doigts empoissés et gluants tout en regardant le donateur droit dans les yeux ! Un truc bizarre et un tantinet pervers me direz-vous, mais moi, j’aime. Une pratique que je n’aurais jamais cru aimer : la sodomie, que j’accepte et même que je réclame. Il faut dire que ma première a été très bien préparée, avec de longs préliminaires comme je les adore. Allongée sur le dos, mes fesses calées sur un haut coussin, je me suis laissé lutiner. À ma grande surprise, mon homme s’est introduit en moi avec facilité et sans douleur. La sensation fut insolite ; je me suis sentie comme remplie, ...
    débordante. J’ai joui comme une petite folle sur la double action de mon anus pistonné et de mon clitoris rendu incandescent par une délicieuse masturbation. Des petites exhibitions ci et là, d’abord en photos que nous postons sur un blog que nous avons ouvert, puis sur les sites où nous sommes inscrits. La première fois que j’ai posé, ce fut à l’initiative de mon homme qui voulait me démontrer que j’étais réellement désirable : — Écoute, Innina, pour te démontrer que tu es vraiment désirable, je te propose de faire quelques photos, censurées bien sûr, afin qu’on ne puisse pas te reconnaître. On les publie sur le web et on attend les commentaires, et tu verras bien qu’il n’y aura pas que moi qui aime tes courbes.— Pff, les hommes, dès qu’on est à poil, ça leur va !— Je te propose, tu disposes. Quelques photos de toi en bustier, par exemple, en faisant attention au cadrage.— Je ne veux qu’on voie mon visage ! Pas question !— Pas de problème : je recadrerai ou je mettrai quelque chose pour masquer ton visage. Je te ferai voir le résultat, et si tu es OK, on publie. Ça te convient ? Je dis oui ; je sais que mon homme respecte toujours sa parole. Nous faisons la séance photo l’après-midi. Après avoir fait une sélection tous les deux, Dumuzh retouche les photos en soirée. Les ayant vues, j’accepte qu’elles soient publiées, me trouvant mieux sur les photos que dans mon miroir. Déjà le lendemain nous pouvons lire les premiers commentaires. Et c’est ainsi que j’ai mis le doigt dans l’engrenage ...
«1234...13»