1. Carlos


    Datte: 11/01/2019, Catégories: hff, h, ff, ffh, Collègues / Travail fépilée, Collègues / Travail Voyeur / Exhib / Nudisme fmast, massage, rasage, Oral pénétratio, inithf, Auteur: Last Cars,

    Quand elle a poussé la porte du salon, cette femme a tout de suite attiré mon regard. Je ne saurais dire exactement maintenant encore ce qui s’est passé alors en moi. Était-ce son visage et l’expression de son regard, était-ce son physique bien mis en valeur par un petit ensemble très classe, ou bien plutôt cette aura quasiment sexuelle qui se dégage de certaines femmes et qui déclenche chez moi des processus chimiques étranges, mais pas désagréables. J’étais alors occupé à déballer des cartons de produit de beauté juste livrés, tâche normale du stagiaire, alors qu’Angélique, ma patronne, l’esthéticienne propriétaire du salon, attendait sa cliente au comptoir. Il était un peu plus de midi et les deux autres employées venaient de partir pour leur pause-déjeuner. Il était entendu que je resterai encore un moment pour prendre d’éventuels rendez-vous et répondre au téléphone avant de partir à mon tour. Curieuse histoire que la mienne. Quand il y a six mois, mon beau-père (le mari de ma mère) m’a convoqué au domicile familial, j’ai senti que j’allais passer un mauvais moment. À presque vingt-cinq ans, j’avais réussi à fréquenter divers établissements universitaires de plus ou moins bonne renommée (en fait, de moins en moins bonne !) sans obtenir la précieuse licence qui m’aurait conduit à me présenter à l’ESPE pour devenir enseignant Le rêve de ma mère et par ricochet, celui de mon beau-père. Comme je m’y attendais, on me rappela d’abord les sacrifices financiers de la ...
     famille, ce qui, je le reconnais me met toujours mal à l’aise. À un moment, excédé, j’ai crié : — Puisque c’est comme ça, je vais rechercher un contrat d’alternance pour devenir esthéticien. J’ai dit ça vraiment au hasard, espérant choquer mes parents et m’attendant à une négociation ultime me permettant de tirer encore un an ou deux en fac. Raté En tout cas, il n’y eut pas la réaction espérée et je me retrouvais au pied du mur. J‘ai ma fierté. J’ai donc recueilli les informations nécessaires, puis, nanti de ma bonne volonté et d’une certaine curiosité, je me suis mis à la recherche d’un salon qui veuille bien de moi en contrat de professionnalisation. Ce ne fut pas simple et je me suis d’abord heurté à de nombreux refus, voire de franche rigolade de la part des employeurs démarchés. Et c’est comme cela que je suis arrivé ici. Angélique avait envie de diversifier sa clientèle et elle pensait qu’un homme dans son personnel pouvait être un atout pour attirer de nouvelles clientes ou de nouveaux clients (ça, je ne m’en suis aperçu qu’ensuite !). J’aime bien travailler avec Angélique. Elle est très fine et nous plaisantons souvent ensemble, alors que les deux autres employées sont beaucoup plus réservées à mon égard. En outre, ce qui ne gâte rien, Angélique est une belle femme dans la plénitude de la quarantaine. En tout cas, elle a surpris mon regard sur la cliente qui vient d’arriver et je vois un sourire se dessiner sur ses lèvres, quand elle lève ses yeux dans ma direction. Elle ...
«1234...8»