1. Une pause dans un cinéma


    Datte: 17/01/2019, Catégories: Gay

    Mon travail peut m’envoyer un peu partout en France comme en Europe.Cette fois j’évalue une usine à 20km d’Aubusson, dans la Creuse. Aubusson c’est moins de 4000 habitants. Apres une longue journée de travail, c’est tout simple, il n’y a rien à faire. Malheureusement je suis bloqué ici jusqu’à au moins mercredi prochain. Heureusement je ne travail ni samedi ni dimanche donc je décide de m’évader pour le week end jusqu’à Clermont Ferrand. C’est à un peu de plus de 1H30 de route. Je réserve un hôtel pour le samedi en espérant que cette fois il y aura de l’animation.J’arrive le samedi en fin de matinée. Je vais déposer ma valise à l’hôtel. Ma chambre n’est pas encore prête alors je laisse ma valise et je pars visiter la ville.C’est sympa, je m’y perd un peu. Je trouve un panneau qui indique la gare, je devrais rejoindre le centre, alors je le suis. Effectivement je m’approche de la gare puisque je rentre dans une rue rempli de femmes très courtement vêtues, qui attendent devant des immeubles entouré de sex shop. Mon excitation, que j’ai laisse de coté pendant une semaine, reprend le dessus. Par contre je ne suis pas du tout attiré par les prostituées même si je suis très ouvert sexuellement. Je suis bi. J’ai, du moins je pense, déjà testé tout ce que je voulais essayer autour du sexe. Je rentre plutôt dans un des sex shop qui offre des salles de projections. Je traverse le rideau commun à tous les sex shops et j’arrive dans une grande pièce, presque carrée, rempli de DVD, ...
     revues, gods de tous tailles et de toutes les couleurs….En face de moi un grand comptoir recouvert de préservatifs, gels, stimulants… et biensur le tenancier. Je me dirige vers lui et lui demande comment ça se passe pour les salles de projections.« Alors, le sous sol à 30 cabines individuel avec différents films qui tournent et sinon tu as 2 salles de projection dont une avec un film gay, c’est celle au fond à droite », il me tend un préservatif et un sachet de gel et continue « c’est 8 euros l’entrée et tu peux revenir autant de fois que tu veux jusqu’à 1H du mat ».Je le paye, je prends la capote et le gel et je descends l’escalier. En bas, la lumière est très faible. Le déversoir est surtout éclairé par les cabines individuels ouvertes, il n’y en a que 5 ou 6 de fermées. Je fais un tour des cabines ouvertes. Le premier écran montre une jeune femme de tout juste 20 ans (j’en ai 42) se masturber. Ensuite c’est une femme prise en sandwich par un blanc et un black… La rangée d’après c’est un bear qui se fait prendre par une nana qui porte un gode ceinture monstrueux pendant qu’il suce un autre gars. La cabine suivante qui est ouverte est occupée, un vieux d’au moins 60 ans qui se tripote la nouille molle devant 2 gars hyper musclés qui se fond un 69 endiablé. Il tourne la tête vers moi et tend sa main, qui ne s’occupe pas de sa nouille, vers ma braguette et commence à me masser la bite qui est déjà bien dur, à travers mon pantalon. Je le laisse faire. Mais quand il veut ouvrir mon ...
«123»