1. Un aurore prodigieuse


    datte: 20/01/2019, Catégories: fh, vacances, bain, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, pénétratio, fdanus, Auteur: Phoebus17,

    J’étais élève-ingénieur d’une école du Sud-Ouest, et avais prévu avec deux camarades de faire une sortie montagne en Haute-Ariège début juillet, avant que nous n’entamions nos stages industriels durant l’été. Nous avions choisi de bivouaquer quelques jours près du lac de Soulcem que l’un d’entre nous connaissait bien et qui permettait de nombreuses randonnées en haute et moyenne montagne. Nous étions presque seuls, car uniquement un groupe de deux tentes apparaissait dans notre voisinage, au-dessus des nôtres. J’ai l’habitude de me lever tôt et en montagne, aimant me laver au petit matin dans l’eau glacée des torrents. Le premier jour de notre bivouac, je ne dérogeai pas à mes habitudes et me rendis dans le gave voisin pour ma toilette du matin. Je me baignais nu, goûtant le plaisir d’être caressé par les premiers rayons du soleil. L’endroit était désert et me permettait donc de le faire sans risque de gêner qui que ce soit. En fait, mes parents étant naturistes, je suis très à l’aise avec la nudité. Pendant les vacances, nous fréquentions souvent de petits campings naturistes de montagne ou campagne plutôt que les grosses structures de bord de mer. Depuis que j’étais étudiant, je ne fréquentais plus ces lieux, mais avais gardé le goût et l’habitude de la nudité. C’est alors que je vis au-dessus de moi une silhouette descendre le long du gave, puis s‘en éloigner et s’arrêter derrière un rocher, puisque je ne la vis pas ressortir de suite. J’avais cependant bien eu le temps ...
    de voir qu’il s’agissait d’une jeune femme, qu’elle avait des chaussures de montagne aux pieds, et juste habillée d’un tee-shirt qui lui arrivait en haut des fesses J’avais aussi eu le temps de bien voir qu’elle avait un buisson brun et fourni. Les bruits qui me parvenaient du rocher ne laissaient aucun doute sur ses activités matinales. Quelques minutes après, je la vis réapparaître dans la même tenue et gagner une petite « baignoire » dans le gave ménagée par un barrage de pierres, en dessous d’où je me trouvais. Elle avait sous son bras avait sa serviette et sa trousse de toilette. Elle acheva de se déshabiller, s’assit dans l’eau, se rinça les fesses, s’aspergea d’eau et se savonna. Il semblait à son attitude qu’elle ne m’avait pas vu. Ella avait les cheveux plutôt courts et bruns. Son visage faisait penser à une personne très déterminée, sûre d’elle. Elle était assez fine, mais pas de celles que l’on appelle un « canon ». Sa poitrine était assez petite, très ferme, avec de larges aréoles. L’eau glacée faisait ressortir ses pointes de sein. Par contre ses hanches étaient larges, ses fesses fermes et bien arrondies exacerbant sa féminité. Le soleil se levait, et donc était rasant. Lorsqu’elle était de profil, je voyais briller les gouttes d’eau accrochées à sa toison. Je ne restai pas longtemps indifférent à ce spectacle et commençais à en sentir les effets bien visibles sur mon sexe. On aurait pu penser que c’est le spectacle d’une femme nue qui suffisait à provoquer cet ...
«1234»