1. Cousins..., cousines, tante ( 5)


    Datte: 22/01/2019, Catégories: Masturbation Première fois Tabou,

    La semaine s’écoulait… Peu à peu, avec Rebecca, les relations s’apaisaient. Nous allions de branlettes en masturbations, passant de temps à autre, à une bonne séance de minette… Chose que ma cousine semblait adorer, mais qu’elle n’osait réclamer, attendant toujours que ce soit moi qui lui ouvre les cuisses, pour un nettoyage en profondeur.Maintenant, lorsqu’elle m’agrippait les prunes, elle ne me les écrasait plus…, mais m’en câlinait les dessous, comme le ferait une vieille rombière avec son chaton.Ce vendredi, je la trouvai plus aimante…, presque amoureuse.Elle me demanda, si je comptais revenir bientôt et avait même échafaudé un plan, pour que mes parents me laissent chez elle jusqu’à la fin des vacances. N’ayant pas encore eu ma séance de vidange, elle agrippa ma main, et m’obligea à me coucher sur son essuie-main, près d’elle. Se rapprochant de mon oreille, elle me souffla :« Tu connais "69"… ? C’est fait exprès pour pouvoir se caresser ensemble avec la bouche ? .. Je me mets sur toi, à l’envers et comme ça on peut se faire des chatouilles avec la langue ! .. Tu veux… ? »Elle pivota, sans attendre mon aval…, et posa le pont de ses jambes juste au-dessus de ma bouche. Elle avait beau être une gamine sans nichons, mais il me semble qu’au niveau de son entrejambe et de sa libido, elle faisait plus que son âge… En tous cas, elle n’avait pas froid aux yeux, comme le reste de son corps qui bouillonnait. Sa première réaction, fut de rabattre ma queue dans un état d’affolement ...
     dantesque sur mon ventre, et de me lécher les couilles avec avidité… Puis, sa langue suivit ma grosse veine bleu azur et s’attarda à me tartiner le gland, mais sans jamais le faire pénétrer entre ses lèvres couleur cerise. Subissant un véritable interrogatoire oral, j’en oubliais sa chatte… C’est cette petite bête, elle-même, qui me rappela à elle. Un énorme jet de mouille vint m’éclabousser le visage, me laissant pantois et ahuri. Puis Rebecca, impatiente, posa sa vulve sur mes lèvres, et commença à se tortiller contre moi… De toute évidence, ma partenaire était en plein orgasme, les soupirs et grognements que sa gorge libérait, en témoignaient pudiquement. Sa langue, tel un serpent, s’enroulait autour de ma verge, tel un lierre autour d’une branche. J’étais attentif à ses effusions, attendant le moment béni où ma bite serait prise pour la première fois de sa vie sexuelle dans la bouche magique d’une femme. Pensant la décider, je lui octroyai plusieurs coups de râpeuse sur son anus, largement ouvert par l’extase et mes attentions. Elle releva aussitôt la tête pour gémir comme une damnée et balbutia :« Ouiiii…,j’adore…, mais je ne te sucerais pas, tu me prendrais pour une grosse salope !!! »Moi, un peu déconcerté par cette divination inattendue :« Moi... ??? »Rebecca replongea entre mes cuisses et me mordilla méchamment les testicules, comme pour me faire comprendre, qu’elle n’était pas dupe. Elle entreprit de me lécher le gland tout en me masturbant…Je sentis une gigantesque ...
«1234»