1. An Daofin Meur (6)


    Datte: 26/01/2019, Catégories: Inceste

    6 – Nouveaux arrangements Les derniers mots prononcés par Maryvonne résonnaient dans la tête de Loïc et Enora. Ils les avaient à peine entendus, mais ils étaient là pour les encourager. Leur baiser était maintenant passionné, les mains du père parcouraient le corps de la fille, en appréciait la douceur de la peau, la courbure des reins et la rondeur de sa poitrine et de ses fesses tandis qu’elle glissait ses doigts sur ses épaules velues, sa musculature saillante et sa verge tendue. — Mmm Papa, j’ai envie de faire des choses très vilaines avec toi. — Oh oui, et on va les faire Ton Papa va être aussi vilain que tu le souhaites Ooooh Oh oui, vilaine petite fille, suce moi bien Mmm Oh, oui Et donne moi ta petite chatte délicate Maryvonne avait pris en charge la surveillance de la navigation pendant que derrière elle, sur une banquette, sa fille et son mari se donnaient du plaisir en soixante-neuf. Elle les regardait du coin de l’œil, aussi ravie qu’envieuse, et attendait le moment d’aller réveiller son fils avec encore plus d’impatience. Elle jubilait ; il faisait beau, le bateau avançait bien sur son nouveau cap et elle savait qu’avec son mari, ils avaient désormais deux enfants disponibles pour satisfaire leur libido durant les périodes de navigation. Mais, en plus de ça, elle savait aussi qu’elle n’aurait plus à avoir de scrupule à goûter aux douceurs locales durant leurs escales. Enora avait de plus en plus de mal à sucer la queue monstrueuse de son père, tant le plaisir ...
     que lui donnait sa langue était intense. Loïc se régalait de son petit abricot aux petites lèvres si fines et si discrète, rose tendre, et au petit bouton caché sous son capuchon. Si le sexe de Maryvonne suggérait une fleur épanouie, celui de sa fille n’était qu’un bouton de rose nacré délicatement parfumé. Il était allongé sur le dos et elle se tenait sur lui, alors il la fit se retourner pour plonger enfin avec délice dans son antre secret. Elle se mit à califourchon au dessus de sa verge, la tira de sa position naturelle pour la placer elle-même devant sa grotte humide et se laissa descendre jusqu’à sentir son épaisse toison s’écraser sur sa vulve. — Ooooh Papa, tu me remplis tellement Mmm Oui — Aaaah Ma petite fille chérie, ma princesse Tu es si douce Oooh Si serrée — Mmm Oui, Papa C’est trop bon Aaah Comme ça, oui Ah, oui ! Ah Loïc bougeait son bassin et faisait aller et venir son sexe tendu avec douceur en investissant à chaque poussée l’intégralité de la jeune chatte qui s’offrait à lui. Le bateau fendait une houle longue et ses mouvements accompagnaient les siens. Leur plaisir s’intensifiait, ils gémissaient et Enora encourageait son père à la prendre plus fort. Maryvonne assistait à cet accouplement incestueux avec une certaine gêne ; elle se sentait de trop, mais le bateau nécessitait une surveillance : redresser le cap, revoir la finesse du réglage des voiles et guetter la mère et l’horizon, au cas où. Les deux amants changèrent de position, le père se mit sur sa ...
«1234»