1. Séduction délicate de la soeur de ma mère (14)


    datte: 29/01/2019, Catégories: Inceste, Auteur: Bruce75,

    Si vous avez manqué le début. Je m’appelle Patrick et je suis en vacances pour deux semaines à Bordeaux chez ma tante Véronique très bcbg, sœur de ma mère Anne. Elle a 42 ans, divorcée, 2 enfants, 1m72 pour 55 kg et moi, 23 ans 1m80 pour 75 kg étudiant. Depuis son divorce, ma tante étant au chômage a du mal à joindre les 2 bouts. J’ai contacté un ami qui m’a indiqué une sorte de cercle très fermé en Suisse. Nous avons rencontré un père japonais richissime qui a proposé une relation entre son jeune fils vierge et ma tante. Elle a accepté et doit se rendre à Paris dans l’hôtel particulier du japonais, moyennant une somme plus que rondelette. Suivant mes recommandations, ma tante s’était habillée d’une manière estivale. Elle était vêtue d’un tailleur avec une jupe à hauteur des genoux mettant en valeur la finesse de ses mollets et d’une veste saillante. De couleur beige clair, elle avait assorti l’ensemble d’un chemisier blanc et d’escarpins faisant ressortir ses orteils soignés. Elle dégageait un parfum numéro 5 de la célèbre marque avec un collier platine or. Elle était fin prête avec un petit sac à main qu’elle tenait fermement sur le quai, preuve d’une certaine nervosité. Nous prenions place en première classe et étant cote à côte, nous avions l’occasion d’engager une conversation à loisir. Je ne pus m’empêcher de poser ma main sur la peau soyeuse de sa cuisse, à l’écart des regards indiscrets. — Bon à midi je mange léger, mais pour l’instant je me sens bien. Dit-elle ...
    soulagée de me savoir à ses côtés. — T’es ravissante. — Merci quand je pense à hier, tu m’as fait l’amour deux fois dans la soirée et ça n’a pas duré cinq minutes ! Je ne sais pas ce que je t’ai fait mais avec moi tu n’arrêtes pas Me raconta-t-elle en insistant indirectement sur le fait que je lui plaisais d’une manière peu commune. — Véronique, si tu pouvais parler d’autre chose. Tu sais fort bien que tu me plais depuis mon adolescence. Je te trouve au top de la beauté et tu sais quoi ? — Je t’écoute mais n’insiste pas avec ta main, aujourd’hui j’ai mis une culotte, alors je suis au top de la beauté et ? Me redemanda-t-elle en dissimulant sa joie, sa fierté d’entendre de tels propos. — Euh T’es mon idéal féminin. T’es belle, grande, bien foutue avec une belle paire de nichons et un cul Je n’en parle même pas quant à ta bouche, tes yeux bleus — Arrête Patrick — Quoi je dis des conneries ? En balayant ma main sur la peau de velours de l’intérieur de sa cuisse. — Non loin de là et c’est bon à entendre mais surveille un peu ton langage quand même. Tu me parles comme si j’étais ta copine. Je reste toujours ta tante même si je dois avouer que tu commences à me connaître par cœur et j’en ai eu la preuve hier soir. Tu me fais très bien l’amour et je préfère ne pas en rajouter tellement c’est exquis. — Ah si tu peux développer — Bah hier tu étais très doux, attentif à moi. Bon c’est un peu gênant de parler de ça mais c’est vrai qu’on fonctionne super bien tous les deux et je te répète ...
«1234...12»