1. Confidences de ma boulangère


    Datte: 29/01/2019, Catégories: Lesbienne Mature, Hardcore,

    Confidences de ma boulangèreCe que je vais vous raconter est le fruit de mon imagination.Je ne suis nullement impliquée dans ce texte.Avec ma boulangère, c’est une longue histoire. Elle et son mari sont arrivés la même année que nous (à l’époque c’était Paul) dans ce quartier… Du même âge, nous avons sympathisé, puisque nous nous rencontrions presque quotidiennement, sauf les lundis…Chapitre I - Première partieIl y a quelques années, 3 ans environ, nous nous sommes croisées en dehors de son commerce, à une fête et avons pris un verre, puis deux et nous avons festoyé ensemble tard dans la nuit, comme deux amies.Grande, blonde, Maria est svelte, les yeux marrons, des seins moyens, mais fermes, que l’on découvre parfois dans ses mouvements derrière la banque.J’aime ses réparties envers certains clients, elle a de l’humour et est très vive…Hier, il y avait la même fête de pays, mais je n’y étais pas.Je la vois sortir du magasin en pleurs, monter dans sa voiture, je m’arrête avant qu’elle ne démarre…- Oh, Marika… Ce salaud m’a trompée…- Et, tu vas où là ?- Je ne sais pas !...- Monte chez moi, ouvre-moi la portière…Nous entrons dans mon antre, il fait soleil, il est midi…- Tu as faim ?- De meurtre…- Tu me racontes ?- Je… Salaud ! Salaud, Salaud !...Elle se rue sur moi, je lui ouvre mes bras et elle se met à pleurer à chaudes larmes…Nous allons dans le salon, elle prend le fauteuil…J’ouvre les stores… Je lui sers un verre d’eau…- Whisky !- Apéritif ?- Je veux me saouler… Oublier ce ...
     monstre, en train de baiser notre jeune employée, dans son bric-à-brac, blanc de farine, la forniquer, comme une truie, écartelée sur la table… Salope, Salaud !...- Un accroc… Il faut te calmer et vous parlerez. Avec une ado, c’est juste les hormones qui s’expriment…Je suis certaine que cela vient d’elle, car il t’adore…- Oui, il m’adore la nuit, et quand je m’absente, il baise dans la réserve…Elle boit à petites gorgées, reniflant son désespoir, je lui tends un mouchoir, puis la boîte…Elle se calme doucement, les yeux dans le vague, puis commence son récit, entrecoupé de « snifs », agitant ses mains, ses yeux marrons devenus noirs…- Je ne l’ai jamais trompé, et c’est pas faute des occasions dans la boutique. Le nombre de fois où on m’a mis la main aux fesses, voulant goûter mes miches, ou effleurer mes seins pour les pétrir… Tu sais, depuis 15 ans, j’aurais pu… Surtout qu’il dort les après-midis et il est réglé comme une horloge. Il se lève à 19 heures, pour partager le repas que j’ai préparé après avoir fait la fermeture et passé la serpillière...- Et le lundi ?- Oh, on fait les courses pour la semaine, en supermarché, balades parfois, plage l’été…- Les enfants ?- Oh, comme toi, ils sont sortis du nid, Paris, et Lyon…- Il a quel âge ?- 50…- Et toi ?- 2 ans de moins…- Tu es belle et fine…- Tu comprends que je me suis privée de vivre des aventures pour nous, pour lui rester fidèle. Jamais je n’aurais pensé… Tu as sans doute raison… cette petite salope devait l’allumer dès que ...
«1234...10»