1. La mère de ma petite amie Espagnole


    datte: 29/01/2019, Catégories: Mature, Première fois, Tabou, Auteur: SexxxSteph,

    Plus jeune, je passais tous mes étés dans le sud de l’Espagne en famille.L’année de mes 18 ans, Jen ma voisine espagnole craqua sur moi, nous passions beaucoup de temps ensemble, le plus souvent chez elle en compagnie de sa mère divorcée, une femme adorable, jeune d’esprit et toujours aux petits soins pour nous deux.Nous étions jeunes et inexpérimentés, passant beaucoup de temps à nous embrasser. Avec le temps nos corps se sont rapprochés, se frottant l’un à l’autre jusqu’au jour où elle profita de mon érection pour se frotter le sexe contre le mien, bien sûr tout cela à travers nos vêtements, c’était divin… tout se faisait naturellement, nous étions dans la découverte du plaisir, j’en prenais tellement que j’éjaculais fréquemment dans mon slip. A partir de ce jour là, nous avions pris l’habitude de faire cela tous les soirs chez elle, sur sa terrasse où nous mettions divers coussins dans un coin, pour y créer un lit, tout ça avec l’accord de sa mère qui bien souvent allait se coucher à notre arrivée.Ma main allait parfois caresser ses seins, mais pudique et timide elle refusait de se déshabiller, pareil pour sa chatte, je n’oublierai jamais le jour où mes doigts ont glissé sous son jean la découvrant totalement trempée, je lui avais donné ce soir-là un orgasme extraordinaire, son premier.Les jours passèrent et un soir en plein câlin je compris que sa mère nous regardait à travers les volets depuis la villa… ce n’était d’ailleurs pas la seule fois qu’elle faisait cela.Jen ...
    était stressée les jours suivants, peur d’être vue occupée à prendre du plaisir à se frotter contre moi, mais je la rassurais, sa mère était sympa et n’avait rien dit, ce que nous faisons était normal, il n’y avait pas de honte à avoir. J’avais très envie de lui faire l’amour, j’étais puceau et j’estimais avoir assez attendu mais elle avait peur,… quelques jours plus tard elle partit pour un stage scolaire et j’étais dévasté… j’allais finir les vacances seul, et devoir attendre quelques mois avant de la retrouver.Sa mère à son habitude a été pour moi une seconde maman, nous passions du temps à discuter de sa fille, je pouvais ouvrir mon cœur, elle me comprenait, cela me faisait un bien fou. Nous écoutions de la musique le soir, jouions à des jeux de cartes, regardions la télévision, mais malgré tous ses efforts je ressentais un vide énorme, ce contact physique me manquait énormément.Un après-midi, après avoir passé du temps seul à la piscine je me rendis chez elle, et je me mis à pleurer… elle me servit un thé et me prit dans ses bras, dans le sofa.Elle m’avoua qu’elle nous avait vu depuis sa villa, et que voir sa fille prendre autant de plaisir l’avait rendue heureuse, en suivit une longue conversation sur le sexe et à mon grand étonnement parler de ce sujet avec elle était tout à fait naturel.Elle m’avoua qu’elle m’aimait beaucoup, comme un fils, et me fit comprendre que mon amour pour sa fille était impossible vu la distance et notre jeune âge, que je devais garder le sourire ...
«1234»