1. Laurence se déchaine (5)


    datte: 30/01/2019, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: jean-marie026,

    L’étalon qui la besognait se retire, celui qui se faisait sucer en fit autant, et le troisième s’occupe de Sophie en la léchant, alors que cette dernière restait debout au côté de Laurence, ayant vidé les couilles de celui qui la lèche. Laurence se releva, laissant la place à son premier étalon, qui s’allongea, toujours en érection, pour que Laurence vienne se faire pénétrer, alors que celui qui avait été sucé, se place derrière elle, et glisse sa queue, heureusement, plus fine que celui sur lequel elle est assise, évitant une fissure au périnée, et ainsi prise comme elle aime, durant un long moment, Sophie, ayant pitié pour ses deux gros cochons, les mettant face à elle, puis s’agenouillant, elle les suce sans relâche, à vider leurs couilles, tout en regardant, leur chienne de Laurence, se faire démonter du cul et de sa chatte, à hurler son bonheur, la sodomie se termine, en jouissant sur son fessier ouvert, alors que son étalon, à la longue queue, s’agite, sans fin, jusqu’à épuisement, au point où Laurence, n’a plus la force de se bouger, elle se retire de sa position, l’étalon se lève à son tour, puis Laurence restant debout, s’accoude, à nouveau au rebord de table, offrant son fessier, à celui qui, queue en érection, se place de son beau petit cul, à la raie dilatée, lui écartant ses joues pour découvrir un anus béant, dut à l’action du gel, toujours aussi actif, et à cette sodomie, qu’elle venait de se prendre. Résultat, lorsque cette belle queue s’introduit, ce ne fut ...
    que du bonheur !!! Grosse elle était. Mais, ses mensurations lui correspondaient à son besoin. Une vraie sodomie, la preuve, Laurence gémit, halète, pour jouir de tout son corps, en se raidissant, lorsque cette queue éjacule, dans un spasme et un cri accompagné d’un coup de reins de ce bel inconnu, au plus profond de son trou béant. Laurence reste un long moment, à reprendre son souffle, levant la tête, cherchant ses deux gros cochons, qui eux, se font sucer par la belle Sophie, qui se trouvent dans le recoin de l’allée. Laurence se relève, et alors qu’elle est à la recherche de sa petite culotte, Jean-Marc lui dit, encore deux soupirs de plaisirs, résultante de la fellation toujours en cours. — Que cherches-tu ??? Ma chérie. — Ma petite culotte !!! — Ah !!! Je jouis. AH. OUI. Hum. Crie Jean-Marc. — C’est bien. Sophie t’a soulagé, hein !!! Mon gros cochon. Qu’est-ce qu’on dit à Sophie ??? — Hum. Merci. Sophie. Eh, Jean-Marie, t’en es où ??? Dit Jean-Marc. — J’arrive. Ah. Oui. Oui. Hum. Elle suce bien. Crie Jean-Marie. — Eh Bien, voilà, mes petits cochons, vous avez eu votre dose !!! Dit Laurence. — Et toi, ma chérie ??? Demande Jan-Marc. — Je m’en suis pris plein les orifices. Euh, ma petite culotte ??? J’ai perdu ma petite culotte. — Je la garde en souvenir, ma petite chatte, dit Sophie, qui lui exhibe du bout des doigts. Jean-Marc put deviner que Laurence pouvait encore en avaler, ses yeux brillaient d’envie, en regardant tous les voyeurs qui étaient encore à une éventuelle ...
«123»