1. L'Eté 2016 - Chapitre 1 -


    datte: 01/02/2019, Catégories: Anal, BDSM / Fétichisme, Hardcore, Auteur: Natass55,

    Notre couple vacillait, Yann n’acceptait plus mes écarts, lui qui pourtant partageait ce goût de l’exhibition, du candaulisme et du sexe. Au final, n’ayant quasiment connu que lui, je me suis aperçue qu’il n’était pas si performant que cela, et c’est avec recul que j’écris ceci car j’en étais réellement amoureuse jusqu’à notre divorce où j’ai découvert que l’amour n’existe pas. Tout est étalé sur la place publique, tout est dévoilé, dans l’unique but de ne rien perdre et surtout pas financièrement. Je n’avais rien en arrivant, je repars avec rien, si ce n’est peut-être un peu de maturité et moins d’innocence. Comment tout cela est arrivé ?C’est durant l’été 2016 que tout a basculé. Je fus prise dans l’engrenage sexuel de l’exhibition, du cocufiage et du candaulisme. Cependant, ce qui devrait être un consentement mutuel est devenu en fait une frustration de l’Autre. Mes aventures avec notre voisin, avec des inconnus sur des aires de repos, en nature ou autre continuaient. En revanche, Yann a testé seul et le résultat n’a pas été concluant… Bref.Un dimanche de Juillet, je reçois un SMS de mon gaillard d’à-côté. « Tu fais quoi ? » sans rien de plus. Il sait. Il sait qu’il n’en faut pas plus pour me mettre en javel. Je laisse ce SMS de côté et vaque à mes occupations, Yann est aux champs, le soleil point, il fait bon. Je prépare une petite ratatouille, l’odeur dans la maison est agréable. Je dresse la table pour midi, une douche rapide, quelques vêtements et hop, je patiente en ...
    attendant le retour de mon homme.Midi dix, un nouveau SMS : « je ne rentre pas, apporte moi un sandwich, il me reste 30 hectares à faire, je veux avoir fini ce soir ».Ça m’horripile, mais c’est ainsi, être femme d’agriculteur est parfois un sacerdoce. Je range la table, je n’ai plus faim.Second SMS : « Alors ? » Je tremble, ce n’est plus mon mari…Je tourne de droite et de gauche, perdue. Ah oui, un sandwich. Je tartine deux morceaux de pain avec du pâté et des rillettes. Je saute dans le 4x4 et lui apporte non sans un mélange de tristesse et d’énervement ses sandwiches. Il comprend et s’excuse. Je redescends du tracteur et retourne à la maison.3 SMS, je n’avais pas pris mon téléphone :« pas de réponse ? … »« occupée peut-être… »« je vais me balader, si ça te dis, tu me dis. » Je réponds naturellement et rapidement.« ok où ? »Je n’ai jamais vu une réponse arriver aussi vite… « Domgermain ».Mais qu’est-ce qu’il y a là-bas ? Je ne connais pas.« Je passe te Prendre »Euh… Vous avez déjà vu un hamster dans sa roue… et bien ce doit être ce que j’ai dû faire pendant 10 minutes. Avec les tripes qui brûlent, le regard hagard.Soudain, un son dans la cour, c’est lui. Son gros 4x4 est là, j’ouvre la porte, souriante. Il est tout fier de lui, short, t-shirt, baskets, casquette.« Le Yannos n’est pas là ? »« Non »« Dommage, il nous aurait accompagné »« Je lui passerai le message » dis-je en rigolant.Je l’embrasse, il sent bon. Il passe sa main sur mes hanches, je frissonne. Je grimpe dans son ...
«1234»