1. Une histoire déroutante (1)


    Datte: 02/02/2019, Catégories: Gay

    C’est toujours un plaisir de lire les commentaires de lecteurs anonymes qui ont pris du plaisir à lire une histoire, surtout quand elle est réellement vécue. Ce lundi-là, je reçois un mail d’un lecteur qui m’explique qu’il a 31 ans, est hétéro marié et n’a jamais eu la moindre envie de sexe entre hommes. Il est seul, en déplacement professionnel et sa curiosité l’a amené à lire l’histoire Le courant passe bien. Il se dit dérouté parce que j’ai failli faire jouir un autre hétéro que celui de l’histoire et il me félicite. En moi-même, je regrette sur le moment de ne pas y être arrivé mais je ressens une certaine fierté malgré tout. Je dois reconnaître que je suis néanmoins très intrigué par ce message et je décide de lui répondre. Je lui propose d’en découvrir plus sur ce blog et nous échangeons plusieurs messages sur sa découverte. Comme je lui explique, pour moi, il n’y a pas plus saine curiosité que de trouver des moyens de mettre en branle ses hormones sexuelles afin d’en faire profiter son couple ensuite. Il me demande des conseils sur le type d’histoire qui pourrait lui plaire et j’essaie de l’orienter, non sans mal, car comme il me le répète, trois heures avant il n’aurait même pas imaginé pouvoir être excité par un récit de sexe entre hommes. On peut dire que je ne me gêne pas pour faire quelques allusions érotiques dans nos échanges, ce à quoi il finit par me dire qu’il va se sentir obligé d’aller se masturber dans les toilettes du centre de séminaires où il se ...
     trouve. Cette idée m’excite à mon tour et je me décide à le faire fantasmer sur ce qui pourrait se passer le soir-même dans sa chambre d’hôtel où ma bouche gourmande lui ferait découvrir en vrai le plaisir d’une fellation faite par un homme. Je sens chez lui la pression monter mais il reste, selon ses mots, dérouté par la situation. Nous échangeons ensuite quelques messages moins axés sur le sexe et je finis par découvrir que son séminaire se passe à environ 60 kilomètres de chez moi. J’avoue que là c’est moi qui commence à fantasmer à l’idée de le recontrer le temps d’un soir. On en discute mais je le sens très hésitant à passer un cap de plus sur la même journée. Je ne veux pas le forcer tout en l’encourageant fortement à se laisser aller quand même. Sa curiosité prend le dessus et il me donne rendez-vous le soir-même à 21h, me donne le nom de son hôtel et son numéro de chambre. J’étais stupéfait d’y être parvenu, croyant moi-même qu’il ne s’agirait que d’échanges virtuels érotiques sans lendemain. Il ne me précisait pas plus amplement ses envies et devait suspendre cette conversation pour se concentrer sur son séminaire. Tel que je m’y attendais, j’ai reçu un message vers 19h m’annonçant qu’il avait changé d’avis et qu’il valait mieux en rester là. A mon avis, il venait de se branler et l’envie était tombée. Je respectais son choix et lui souhaitais une bonne soirée. Seul chez moi, je pestais malgré tout et ai commencé à chercher un plan cul dans la région, j’avais besoin de ...
«123»