1. Crève


    Datte: 03/02/2019, Catégories: Anal BDSM / Fétichisme, Hardcore,

    Cela faisait maintenant une demi-heure que je l'attendais sur le lit tel qu'il me l'avait ordonné, allongée sur le ventre, un plug et un gode enfoncés dans chacun de mes trous. Il voulait m'élargir, et malgré l'absence de ses paroles, je savais déjà qu'il allait se satisfaire en moi comme jamais il ne l'avait fait auparavant. Il allait être violent. Il allait me posséder, dans tous les sens du terme. Avant de partir se doucher, il avait disposer pour moi un verre d'alcool, à côté duquel attendait sagement une faible dose de drogue. Mes yeux restait fixés sur celle-ci, je mourrais d'envie d'en subir les délicieux effets. Derrière la porte de la chambre, j'entendais l'eau qui s'arrêtait de couler. Je fermais les yeux et l'imaginais alors, le corps ruisselant, les cheveux mouillés, les cils légèrement emmêlés. Mon imagination vagabondait alors jusqu'à son torse, se permettant d'admirer les formes parfaites de son corps. Mes yeux se concentraient afin de descendre plus bas, mais tandis que le début de son érection me parvenait au regard, la porte s'ouvrit, me forçant à sortir de mes douces rêveries. Jusqu'à réaliser que l'homme de mes fantasmes était bel et bien là, rien que pour moi, et que je passerais la nuit enfouie dans son corps bouillant...Il prenait son temps, je le voyais. Il me faisait languir, toujours un peu plus, posait sa main sur mon plug mais ne jouait jamais avec, frôlait mon corps mais ne le caressait pas. C'était son jeu à lui, ses préliminaires, et je savais ...
     que la suite serait bien moins douce. Il se décida finalement à me retirer ce qui comblait mes trous, ce qui les lui laissa grands ouverts. Il prit mes mains dans les siennes, me fit m'asseoir, et m'ordonna d'avaler cette petite dose de drogue qui me faisait tant envie. Les sensations mirent du temps à venir. Avant que je n'en ressente les effets, j'ai ressenti la douleur, l'absence de répit. J'ai ressenti la soumission, l'entraînement physique intense pour ce qui allait suivre. J'ai eu en moi son immense queue, dans ma chatte, il tapait tout au fond, à en pousser mon utérus. Je le suppliais de continuer, d'y aller plus fort, c'était si bon. Je l'ai eu dans ma bouche, d'abord légèrement, comme pour nettoyer son gland. Puis d'un coup sec, sans aucune préparation, il s'est enfoncé dans ma gorge. Et il allait et venait, jusqu'à si loin, sans se soucier de mes gémissements et de toutes mes vaines tentatives de le repousser.Puis la drogue fit enfin effet... Mes souvenirs sont si flous, mais il y est allé plus fort que jamais. Et je l'ai supplié plus fort que jamais. Mon corps s'empalait de lui même sur sa queue, jusqu'à n'en plus ressentir la douleur physique tant la passion prenait le dessus. C'était si fort... Il était allongé sur mon dos, sa queue tout au fond de mon cul. L'absence de lubrifiant rendait l'expérience si délicieuse, et si douloureuse... Mes pleurs se faisaient des plus sincères, mais restaient si faibles face à ma voix qui le suppliait de continuer. Toutes ces ...
«12»