1. L'entrainement d'un flic (1)


    datte: 03/02/2019, Catégories: Gay, Auteur: jeannot7512,

    C’était une nuit chaude d’été. Je trainais dans un grand jardin public. Je vis un couple de flics faisant leur ronde. J’étais assez attiré par les flics. J’avais développé une attirance plus générale envers les hommes, lors d’un séjour de deux ans en prison. Par manque de femmes, on s’amuse entre mecs. Physiquement, je suis assez costaud, donc j’avais échappé aux viols collectifs et aux relations sexuelles imposées. Ce genre de sexualité me répugnait. Je draguais les mecs en les « baratinant ». Je devins vite assez doué à ce petit jeu. Comme j’étais « actif », j’ai réussi à baiser pas mal de gars. Et, à ma grande surprise, un jour, un gardien, vint me demander de l’enculer. Il apprécia, et voulût recommencer. Quand je fus enfin libéré, il me donna les coordonnées d’un de ses potes à lui, qui aimait bien se la faire mettre au cul. C’était un flic. Qui me fit rencontrer d’autres flics, et j’appréciai beaucoup. Surtout les jeunes, avec des culs bien serrés, qui voulaient essayer une première fois. Et au fond de moi, j’éprouvais un plaisir pervers à enfiler des représentants des forces de l’ordre. Le plus jeune des deux flics était un blond, cheveux ras, bien musclé. Quand ils passèrent devant le banc sur lequel j’étais installé, j’eus l’occasion de le mater de dos. Un cul rebondi, visiblement musclé, bien moulé dans son uniforme. Je sentis ma bite se dresser dans mon slip. Il repassa, seul, un peu plus tard. J’écartais les cuisses et me caressai doucement la braguette. Je le ...
    vis me reluquer en passant devant moi. Il se posta ensuite à une entrée du jardin. Je le rejoignis, lui offrit une cigarette, et nous bavardâmes un moment. Puis il repartit faire sa ronde. Le lendemain, je revins au jardin, espérant le rencontrer. Je le vis, d’abord avec son partenaire, puis seul. Je le rejoignis. Il me salua, et accepta à nouveau une cigarette. A un moment, je réajustai ma bite dans mon froc, et je vis qu’il le remarquait, et il me sembla voir sa braguette gonflée. « Quoi de neuf, me demanda-t-il ? » « Rien de bien nouveau, fait toujours aussi chaud » « Oui. Il me tarde d’enlever mon uniforme » « Je suis dans un motel, pas très loin. On pourrait y aller. Tu pourrais t’y rafraichir. On boirait, un pot, et puis on pourrait passer un moment entre hommes » Je le vis rougir à cette dernière suggestion. Je jubilai intérieurement. Il en avait envie ! « Bon, je pourrais laisser ma voiture ici, et tu m’emmènes chez toi. Mais, je suis en service, il me faut être de retour dans une heure. Je risque gros, en abandonnant mon poste. » Il m’accompagna à ma voiture. J’y avais une bouteille de scotch que je lui offris, et il prit une bonne rasade. Il devait essayer de se donner du courage. Je le sentais nerveux. A l’arrivée devant mon motel, il reprit une goulée de whisky. Je repris la bouteille, pour l’apporter avec nous dans la chambre. Là j’allumai juste une lampe de chevet, m’assis sur mon lit et me mit en slip. Il essayait de deviner la taille de ma bite sous mon slip. Je ...
«1234»