1. Youssouf (1)


    Datte: 05/02/2019, Catégories: Partouze

    Nous habitons une ville au bord de l’océan, où nous passons la plupart de nos loisirs. En cette période de grand froid, nous en profitons pour faire de belles ballades dès que le soleil parait ; pour nous la mer est un vrai moment de détente. Lors de ces promenades, nous avions pu constater que depuis quelque temps, des hommes se protégeaient du froid en se terrant dans les bosquets ; jamais une agression, non, ils essayaient de se faire oublier de peur d’être ramassés par la police. Plusieurs fois, nous avions remarqué un jeune noir, la peau très foncée, toujours propre sur lui, mais manifestement tremblant de froid ; pour une fois, il était seul, assis sur un banc, enveloppé d’une couverture, mais manifestement gelé ; il faut dire que même au bord de l’eau, il faisait -5 la nuit et pas plus de 2 degrés le jour. Nous avons eu pitié de lui et gentiment mon mari lui proposa de venir prendre une boisson chaude à la maison à 5mn de là. C’est d’accord un refus, puis sur notre insistance, il accepta timidement, nous demandant seulement de ne pas le dénoncer aux autorités. Petit à petit, la confiance s’installa et c’est ainsi que nous avons appris qu’il était sénégalais, arrivé depuis 13 jours et qu’il se rendait parfois à une association, pour avoir un repas et se laver, mais qu’il n’arrivait pas à avoir un lit pour dormir au chaud. Blotti dans un fauteuil, il paraissait un enfant perdu, malgré son mètre quatre-vingts et ses 20 ans et je dois dire qu’au fur et à mesure de ses ...
     révélations, nous avons pris pitié pour lui et c’est jean qui le premier lui a proposé de manger avec nous et de passer la nuit au chaud en attendant de voir pour le lendemain ; il a mis un long moment avant d‘accepter et de venir nous serrer la main en nous remerciant de notre bonté ;certes, il y avait un risque, mais parfois il faut savoir être généreux. Mais nous ne l’avons jamais regretté, bien au contraire. Une bonne partie de la soirée, il nous a parlé de son pays (que nous connaissons bien), de sa jeunesse dans une famille très pauvre et de son envie de vivre autrement. Et c’est fort tard qu’il a regagné la chambre que nous lui avions réservée. Le lendemain, de bonne heure, Jean est parti au marché et comme d’habitude, je me suis levée simplement vêtue d’une robe de chambre pour déjeuner. La présence de Youssouf m’est alors revenue et je me suis dirigée vers sa chambre pour l’inviter à se restaurer ; et surprise en rentrant, il avait posé le matelas par terre pour dormir et deuxième surprise, il avait dormi nu ; à mon arrivée, il s’est vite recouvert de sa couverture, mais j’avais pu découvrir un corps musclé et surtout un membre de belle facture ; après lui avoir dit que le café était chaud, je ne suis vite retirée, gardant en mémoire ce que je venais de découvrir. Jean est arrivé à ce moment et c’est ensemble que nous avons pris le café ; je sentais sur moi le regard de ce jeune, et dans ma tête je revoyais son corps qui maintenant me donnait chaud ; le reste de la ...
«1234»