1. Que ne faut-il pas faire...


    datte: 07/02/2019, Catégories: fh, hh, hbi, ascenseur, hsoumis, hdomine, Oral, Auteur: Toma,

    Hector avait débarqué à Lyon pour la poursuite de ses études et, après quelques recherches, il avait trouvé un studio au loyer abordable, dans un immeuble un peu vieillot, mais pas très éloigné de son école d’ingénieurs. Quelque temps après avoir débarqué dans l’immeuble, sur leur palier commun, il avait rencontré Irène, une trentenaire qu’il avait trouvée d’une beauté fort appétissante (elle ressemblait à sa tante Albane, sur laquelle il avait tant fantasmé ). Mais la belle était mariée, mal ou bien mariée, mais mariée. Il se résolut donc à lui faire la cour d’abord discrètement, puis plus explicitement, usant de ses yeux, puis de ses mains, dont il usa habilement pour lui caresser les bras, sous prétexte de l’aider à porter ses courses, puis la taille, légèrement, pour la soutenir dans son effort. Un jour, dans l’ascenseur, il s’enhardit à la prendre par la taille et à la serrer contre lui ; un peu surpris, il fut réjoui d’emporter l’enthousiaste consentement d’Irène (enfin !), qu’elle lui signifia, sur leur palier, par un long baiser, appuyé, son corps soudé à celui du jeune homme, suivi d’une invitation à entrer chez elle. En la déshabillant, il s’aperçut vite que son corps, ferme et mince, pas encore déformé par les maternités, était en parfaite harmonie avec le sien, musclé (le sport ). Plus tard, pendant qu’ils faisaient l’amour, elle lui demanda : — N’as-tu pas peur d’être devenu mon amant ?— Serais-tu une mangeuse d’homme ? J’ai bien aimé tout à l’heure, quand tes ...
    lèvres, à la fois voraces et douces, ont quitté ma bouche pour dévorer— Merci pour le compliment Non, je pensais à mon mari. Tu sais, il est jaloux, même s’il est un peu rétif au devoir conjugal En clair, il ne me baise pas souvent, et bien moins bien que toi (la belle menteuse cachait qu’elle ne dédaignait pas du tout les pratiques sexuelles de son époux, bien qu’à son gré trop souvent sodomites, mais bon, quand la fraîcheur de la jeunesse s’offre à vous ). De plus, il collectionne les armes à feu et j’ai un peu peur de lui. Elle était assise sur lui, empalée sur son sexe, et lui imposait son rythme. Accroupie sur le jeune homme, ses genoux à la hauteur de sa poitrine, ses mains sur les épaules de son amant, elle entretenait un va-et-vient aussi régulier qu’une houle de grande marée. Elle gardait les yeux fermés, la bouche entrouverte, tout en dodelinant doucement de la tête. Son sexe coulissait sur celui de l’homme avec gourmandise. Par intermittence, Hector pouvait voir le petit buisson noir, bien taillé, de son entrejambe. Il s’efforçait de rester immobile, se contentant d’accompagner les mouvements de son Andromaque à lui, en lui soutenant les fesses, qu’il pétrissait avec appétit. Il sentait son membre avalé par la tiède moiteur, incroyablement douce, du ventre de sa maîtresse. Il voulait contrôler, dominer sa jouissance, mais elle vit arriver son plaisir aux mouvements de ses yeux. Alors, en cavalière maîtresse de son étalon, elle décida leur commune entrée dans le ...
«123»