1. Theo-reme de l'inceste (1)


    Datte: 08/02/2019, Catégories: Inceste

    Histoire de HSmur Chapitre 1 Je me nomme Théo, un grand malheur est arrivé dans ma vie lorsque mes parents ont divorcé. Ma mère est chiante, un peu pétasse, il faut bien le dire, elle fait très prout-prout parce qu’elle est secrétaire dans une très grosse boîte et qu’elle a la sécurité de l’emploi. Mon père, un type gentil, pas con du tout, mais à l’ouest total ! S’il a dix balles dans la main, il en dépense vingt. Tous les mois à courir après l’argent qui manque alors que tous deux gagnent bien leur vie ! Ma mère s’est mariée sur le tard, je n’ai jamais compris ce qu’ils faisaient ensemble ces deux là, mais aussi loin que je me souvienne, je ne voulais pas qu’ils se séparent et puis, un jour, crac, ça arriva ! Certes, la séparation m’apporta une sorte de confort, ma mère me laissant faire à peu près tout ce qu je voulais et, surtout, trop facile à rouler dans la farine, jamais son petit Théo (c’est moi) ne ferait de grosses bêtises, tout juste quelques espiègleries ! Tu penses, maman chérie ! Je l’avais déjà mise au pas sur tout ce qui était ma vie, à savoir mes fringues, mes sorties, mes devoirs et mes potes ! Bref, à onze ans, en entrant au collège, j’étais déjà le maître chez moi, disons dans mon petit appartement que j’occupais au premier étage de la grande maison que nous louait son entreprise. Bien que ma mère fut encore pas mal foutue, j’’avais un peu honte des soirées qu’elle passait avec certaines de ses copines "olé-olé" et je les voyais bien, des samedis soirs, ...
     sortir pour aller boire un pot en ville ou aller en boite, déjà chaudes comme la braise, les mémés ! Une fois elle ramena un espèce de mec, qui ne ressemblait à rien, au petit matin et moi, je ne dormais pas et j’avais surpris leurs ébats dans la chambre de ma mère qui ne fermait pas sa porte. Sans avoir vu beaucoup de détails, je l’avais tout de même vu à quatre patte la tête dans l’oreiller et le mec lui limer le cul en lui beuglant : « T’aime ça, te faire enculer, hein grosse pétasse blonde , allez, dis le  ! .. T’aime, ça te faire ouvrir le fion, hein vieille chienne  ! .. Tu dois te faire enculer souvent, salope  ! » Moi je restai interdit, d’un coté dégoûté que ma mère soit cette chienne lubrique, mais aussi et très paradoxalement, très excité de voir ma mère se faire défoncer le cul, un peu comme dans les films de boules que je matais avec des potes plus âgés que moi avec lesquels je traînais. Ma mère grognait et j’avais du mal à comprendre si elle souffrait ou si elle aimait ça. Le type, lui, lui foutait des tapes sur le cul de temps à autre et lui donnait des ordres : « Branle-toi le clito pendant que je t’encule  ! Vas-y, tripote-toi la chatte  ! .. Mais, tu pisses pendant que je te pousse la crotte ! Quelle dégueulasse alors  ! » Je voulus repartir et laisser ces deux porcs en rut faire leurs saloperies sans moi, mais je n’y arrivai pas, comme ensorcelé par les mots du mec, par la lubricité de ma mère. Et puis, à les écouter et les observer, j’allais certainement ...
«123»