1. Patricia de Swordfish et Audrey de Highjone en Canfre


    datte: 09/02/2019, Catégories: fhh, extracon, fsoumise, humilié(e), chantage, fmast, Oral, Oral, fgode, pénétratio, double, fdanus, historiqu, Auteur: Bernard Nadette,

    Résumé 23 (voir les liens vers les épisodes précédents en fin de récit) :La guerre fait rage à la suite d’un raid tanibrinque sur le port de Dorbauxe dans le royaume de Canfre. Des prisonniers sont emmenés en captivité. Une opération de débarquement est organisée pour venir en aide aux prisonniers, mais surtout pour libérer l’héritier du trône dont les geôliers ignorent la qualité. Suite au raid canfrais, c’est au tour des soldats tanibrinques de partir vers la captivité. Cela désespère Patricia comtesse de Swordfish, épouse du commandant glaisan et Audrey de Highjone, maîtresse d’Henri de La Tiémont, commandant des canfrais prisonniers. Elles forment le projet de se déguiser en soldats afin d’être embarquées avec les prisonniers et de suivre l’homme qu’elles aiment en Canfre. Ne pouvant se joindre aux officiers, trop peu nombreux et craignant que Ian de Swordfish ne refuse, elles décident de s’intégrer à la troupe grâce au sergent Quincannon. Si Audrey réussit sans problèmes à s’infiltrer, Patricia se fait surprendre, alors qu’elle se change pour enfiler un uniforme de soldat par le sergent Pierre Belrive et le soldat Lucien Brindacier. Pour qu’ils ne la dénoncent pas ni ne la chassent, elle leur accorde ses faveurs (voir particulièrement l’épisode n°11 «Débarquement »). ______________________________________________ Patricia et Audrey sont débarquées avec les autres prisonniers, toujours couvées par le sergent Quincannon. Avant de se faire connaître aux autorités, elles ...
    décident de se tenir coites pendant une journée, le temps que l’agitation se calme. Le soir, elles déambulent dans la cour de la caserne où les soldats sont retenus en attendant leur transfert vers leur lieu de détention. Soudain Patricia, agrippe le bras de son amie et entre dans le bâtiment précipitamment. Audrey lui demande : — Que t’arrive-t-il ?— Dans la cour, je viens de voir le sergent et le soldat de la remise à Mayphoult. Il faut sortir d’ici au plus vite. Ils pourraient me reconnaître.— Attendons qu’ils ne soient plus de service pour se faire connaître de l’officier et demander à ce qu’Henri soit averti. Le lendemain, dès l’aurore, elles s’installent à une fenêtre pour observer les allées et venues. La relève à lieu peu après. Elles voient les deux hommes partir avec le reste de la garde. Elles laissent passer une bonne heure pour éviter toute surprise avant de sortir et arrêter un lieutenant qui traverse la cour. C’est Patricia prend la parole : — Lieutenant. Nous sommes des femmes. Nos maris sont officiers et nous n’avons pas voulu les abandonner, aussi nous sommes-nous mêlées aux prisonniers afin de pouvoir les suivre dans leur captivité. Auriez-vous l’obligeance de prévenir Monsieur de La Tiémont qui nous connaît. Le lieutenant est ébaubi de se retrouver en face de deux jeunes femmes en uniforme glaisan. Il va pour dépêcher une estafette pour chercher le commandant de La Tiémont, mais réflexion faite, il juge préférable de d’abord en référer à son supérieur qui est ...
«1234...20»