1. Chroniques immortelles - Le roi requin (1)


    Datte: 09/02/2019, Catégories: Lesbienne

    — « C’est la grosse bite à Dudule, j’la prends, j’la suce, elle m’encule ! Ah les amies, vous dire c’que c’est bon, quand il m’la carre dans l’oignon ! » Dans le grand hall de la caserne, c’est la surprise amusée de la part des assistants. En organisant ce karaoké amateur lors du bal annuel des pompiers, le capitaine ne s’attendait pas à ce que cette jeune femme bien connue dans le corps des pompiers volontaires de la ville de Digne se lâcherait de cette façon ! — Eh bien, lance l’un d’eux, si on m’avait dit que Christine était aussi délurée, je ne l’aurai pas cru. — Oui, et même un peu trop maintenant, répond Alex perplexe. Oh la la, mais combien a-t-elle bu de punch ??? — On ne sait plus. Mais manifestement, elle n’est plus étanche. La citerne déborde ! Sur la scène, Christine termine sa chanson en titubant sous les applaudissements. — Merci ! Merci à tous, je vous aime ! Allez, je suis prête à baiser qui le voudrhips ! Pardon... qui le voudra, je vous prends tous ! A la la... à la fois ! Par le cul ! Hips ! Patron, un autre punch, du liquide pour arroser, j’ai le cul qui flambe ! — Bon, maintenant, ça suffit, murmure Alex en montant sur scène. Les amis, excusez Christine, je crois qu’il est temps d’éteindre ses feux maintenant. Viens Christine, tu vas être malade. — Je m’en fous, je suis immortelle ! Hips ! Vous entendez, ouais je suis immortelle, je peux pas crever, vous pouvez tous me baiser à mort sans problème. Héééé, lâche-moi Alex ! Putain, qui a retourné le ...
     plafond ? Ooooh, Alex, tu sais que hips, t’as un mignon petit cul ? Alex a chargé Christine sur son épaule comme un sac et quitte la salle sous les applaudissements et les rires de l’assistance. — Arrête, hips, Alex, lâche-moi, j’ai envie de baiser. Mais lâche-moi putain, ou... ou je te change en crapaud ! — Mais oui, mais oui... Guéris-toi plutôt de ta cuite, sinon, tu vas avoir une gueule de bois du tonnerre de Zeus. — Je m’en fous ! Je veux baiser ! Et me parle plus de Zeus, il peut crever ! Oh merde... je sens que je vais gerber... Je me réveille au milieu de la nuit, la bouche pâteuse... Oh putain, ce mal de tête... A côté de moi, Alex dort paisiblement. J’hésite une seconde, puis fais tomber péniblement mon taux d’alcool à zéro. Ça va mieux... Mais j’ai honte. De mon comportement, mais aussi d’avoir utilisé mes pouvoirs pour me remettre d’aplomb. Je m’étais pourtant juré de ne plus les utiliser... Tant pis. Pauvre Alex ! Il a réussi à me porter et me déshabiller dans l’état ou j’étais. Ce garçon est un amour. Il m’a guidée lors de mes premiers pas chez les immortels. Il m’a assistée et suivie où que j’aille sans poser de question et n’a jamais laissé penser que je lui doive quoi que ce soit. Antinea m’a raconté avec quel dévouement il s’est occupé de moi pendant que j’étais dans le cirage. Et moi je prends cuite sur cuite, et le mets à chaque fois dans l’embarras pour le remercier... J’ai honte. Je suis traumatisée. Nous sommes rentrés à Digne depuis quelques semaines, mais je ...
«1234»