1. Plaisirs avec Georges (2)


    datte: 09/02/2019, Catégories: Gay, Auteur: Lou_passif,

    Georges me rappela le lendemain soir. Il voulait me voir. Je lui expliquai que je n’aimais pas les rapports occasionnels, je lui fis comprendre que ma monogamie était lié au plaisir d’avoir des rapports non protégés, avec tout ce que cela signifie de contrainte, de confiance et d’engagement. J’avais envie de lui, malgré mes conditions, et je crois qu’il m’avait compris. Quelque jours plus tard, je reçois un petit mot par la poste : « On pourrait se retrouver samedi soir à 20h, au restaurant . tout près de chez moi. Je tiendrais à ta disposition toute la documentation requise. J’espère que mon attente ne sera pas déçue. Georges ». Je me sens au septième ciel : on est jeudi, je dois tenir juste deux jours, même si j’aurais envie de courir chez lui. Samedi je me prépare. Je sais que je ne dois pas le conquérir, mais je veux être sexy. Je mets un pantalon très moulant qui ne cache rien de mon anatomie : devant, un sexe tout à fait normal, sinon banal ; derrière, un joli petit cul. En dessous, je porte un string noir. J’hésite au sujet du maquillage, mais à la fin j’abandonne : un fil de mascara en plus ce serait peut-être trop. Le resto est aux marges du Marais. Relativement petit, il me semble avoir une clientèle homosexuelles, même s’il y a quelques femmes. Georges est assis au fond de la salle. Il se lève pour me faire la bise. - C’est tout ?-, lui dis-je. Il m’embrasse sur les lèvres. Le dîner se passe parfaitement bien. On est très détendus et on parle de nous, puisqu’on se ...
    connaît encore si peu. A un certain moment, il fait allusion à sa « documentation », il me propose de la voir : - Je n’en ai pas besoin. J’ai confiance en toi -. Il me sourit. On sort vers dix heures. Il me prend par la main et on se dirige chez lui, à deux pas. Il habite au troisième étage. On monte à pied, suis devant lui. - Je t’interdis de sortir seul habillé comme ça - dit Georges. Avec moi, je veux bien, mais seul je n’aimerais pas trop -. - Monsieur me prend-il pour sa chose ? - répliquai-je. - Tu n’as pas vu comment les gens regardaient ton cul au resto -. Je n’ai pas vu, mais j’ai senti leurs regards. Et d’ailleurs, à être sincère, j’en étais flatté. - Toi aussi tu me l’a regardé ? -. - Ça fait pas mal de mois que le regarde et le désire -. Tout ça était un peu bête, mais c’était la tension qui montait, l’envie d’être dans les bras l’un de l’autre. J’entre chez lui, il allume. Je lui mets les bras autour du cou. Je l’embrasse. - Tu veux voir l’appart ? -. - Pour l’instant je me contente de la chambre -, lui réponds en riant. Elle est grande, spacieuse, sobre. Georges allume une lampe à coté du lit. Je m’allonge. Il se couche sur moi et m’embrasse. Je le presse contre moi, je sens sa langue fouiller la mienne, nos sexe qui commencent à durcir. Il ouvre ma chemise et me suce les tétons. Ils sont très sensibles et sa bouche, sa langue, ses dents m’excitent : - La semaine sans toi m’a parue très longue - lui dis-je. Il me sourit. Il dégrafe mon pantalon et l’enlève. Il ...
«123»